DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Basket: les favoris Villeurbanne et Pau au tapis, une Leaders Cup surprise

Taille du texte Aa Aa

Des favoris au tapis: Villeurbanne et Pau-Orthez, respectivement premier et deuxième du Championnat de France de basket, ont été éliminés vendredi dès les quarts de finale de la Leaders Cup, avec des demi-finales Levallois-Bourg et Strasbourg-Limoges assez inattendues.

La Leaders Cup, compétition de mi-saison qui réunit depuis 2013 à Disneyland les huit meilleures équipes de la phase aller d'Elite, réserve parfois des surprises. Mais les trois années précédentes, c'est Monaco, favori, qui s'était imposé.

Cette année, en l'absence du triple tenant du titre, ce sont d'un coup les trois premiers du Championnat de France --Villeurbanne, Pau-Orthez et Dijon-- qui se sont arrêtés en quarts.

L'Asvel, qui a survolé la phase aller avec 13 victoires pour 4 défaites, a balbutié son jeu pendant une bonne partie du match contre Bourg-en-Bresse, qui ne disputait que sa deuxième Leaders Cup --après un quart de finale l'an passé perdu contre Monaco. Résultat: une défaite rhodanienne de deux points (88-86).

"On va relativiser quand même, c'est une petite coupe, ce n'est pas le Championnat. On est déçus. C'était un objectif, mais on a encore un autre objectif en fin de saison", a expliqué le pivot français Alexis Ajinça, arrivé à l'Asvel fin décembre 2018.

En début d'après-midi, Pau-Orthez, seule équipe à suivre le rythme de l'Asvel en championnat, n'avait pas existé contre Levallois, mené de bout en bout avec une première mi-temps ratée défensivement et offensivement.

Les Franciliens étaient pourtant amoindris par plusieurs blessures, dont la rupture du tendon d'Achille de son pivot Mouphtaou Yarou. Après cette victoire 94-87, l'entraîneur Frédéric Fauthoux est convaincu que son équipe peut aller au bout.

- Strasbourg "en convalescence" -

Au final, c'est Strasbourg, vainqueur tout en maîtrise de Dijon 89-79, qui pourrait bénéficier de ce chamboule-tout.

La SIG est arrivée à Marne-la-Vallée pleine de doutes issus de lourds revers contre Dijon, Pau-Orthez et Limoges en Championnat, et des éliminations en Ligue des champions (3e échelon continental) et en Coupe de France.

Mais les joueurs de Vincent Collet ont récupéré Youssoupha Fall au poste de pivot et Florent Piétrus au poste d'intérieur. Et rien de mieux qu'un trophée pour relancer la machine.

"On est en convalescence et on veut saisir cette compétition comme une opportunité. On va mieux depuis trois semaines et l'équipe remonte la pente", a souligné l'entraîneur de la SIG, Vincent Collet.

Pour la prochaine étape du rétablissement, en demi-finale samedi (20h30), ils auront à coeur de prendre leur revanche sur Limoges après la défaite à Beaublanc contre le CSP la semaine dernière (90-76).

Le CSP est l'équipe en forme du moment, avec huit victoires en neuf rencontres d'Elite depuis l'arrivée de François Peronnet sur le banc d'entraîneur à la place de Kyle Milling fin octobre.

En quarts de finale, ils n'ont laissé aucune chance à Nanterre, corrigé 98 à 75.

A note les deux "one-man-show": David Holston de Dijon a passé 35 points, nouveau record en Leaders Cup, mais insuffisant pour passer en demies, alors que Nobel Boungou Colo, pour la fin de sa pige à Levallois, a inscrit 32 points pour la victoire des Franciliens.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.