Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

All Blacks: Retallick autorisé à jouer au Japon entre les Mondiaux 2019 et 2023

Le 2e ligne néo-zélandais Brodie Retallick avant un match d'automne face à l'Angleterre, à Twickenham, le 10 novembre 2018
Le 2e ligne néo-zélandais Brodie Retallick avant un match d'automne face à l'Angleterre, à Twickenham, le 10 novembre 2018 -
Tous droits réservés
Ben STANSALL
Taille du texte Aa Aa

Le 2e ligne des All Blacks Brodie Retallick a été autorisé à jouer deux saisons au Japon avant de revenir en Nouvelle-Zélande et en sélection en 2021 pour être éligible en vue du Mondial-2023, a annoncé mercredi la Fédération néo-zélandaise (NZR).

La NZR lui a proposé un accord aux termes duquel, à l’issue du Mondial-2019 au Japon, le joueur de 28 ans pourra jouer deux saisons au Japon, au sein d’une équipe qui n’est pas spécifiée, avant de rentrer en mai 2021 en Nouvelle-Zélande où il retrouvera une franchise de Super Rugby et un contrat avec la Fédération jusqu‘à la fin 2023 et donc le Mondial en France.

“Brodie est l’un des meilleurs 2e lignes de l’histoire du rugby, si ce n’est LE meilleur”, a déclaré le sélectionneur des All Blacks Steve Hansen au sujet de son joueur aux 75 sélections, champion du monde en 2015 et élu meilleur joueur du monde en 2014.

Le staff des All Blacks se prépare en effet à un nombre importants de départs pour l‘étranger après le Mondial-2019 au Japon, dont le capitaine Kieran Read, Ben Smith, Ryan Crotty, Waisake Naholo, Owen Franks, Liam Squire et Nehe Milner-Skudder. Or, normalement, seuls les joueurs sous contrat avec la Fédération et évoluant dans une franchise néo-zélandaise sont éligibles au port du maillot noir.

Retallick a expliqué avoir besoin de se reposer en raison de l’intensité du rugby pratiqué en Nouvelle-Zélande.

“Je joue un rugby survitaminé avec les Chiefs (la franchise de Waikato) et les All Blacks depuis 2012 et… j’ai décidé de laisser mon corps se reposer un peu du rugby en Nouvelle-Zélande pour pouvoir, au bout du compte, y prolonger ma carrière”, a-t-il déclaré.

Ces dernières années, la NZR a été obligée de laisser certains de ses meilleurs joueurs effectuer de lucratives piges à l‘étranger afin de ne pas les perdre définitivement.

Contrairement à Retallick, qui ne sera pas sélectionnable tant qu’il jouera au Japon, Sam Whitelock a obtenu de le rester en 2020 lorsqu’il évoluera dans un club japonais.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.