La nouvelle dimension internationale du port de Batoumi en Géorgie

La nouvelle dimension internationale du port de Batoumi en Géorgie
Taille du texte Aa Aa

En Géorgie, le port de Batoumi au bord de la mer Noire s'agrandit : ce vaste projet mené par les autorités et des entreprises privées a pour but d'encourager l'essor de l'économie locale et régionale en constituant un nouveau corridor de transport rapprochant Asie et Europe.

Troisième ville de Géorgie, Batoumi, au bord de la mer Noire, est une plateforme internationale pour le tourisme, le commerce, mais aussi le transport grâce à son port maritime axé sur le transport du pétrole.

Aujourd'hui, les autorités portuaires cherchent à diversifier son activité. C'est pour cela qu'ils construisent un nouveau terminal qui permettra de stocker jusqu'à 60.000 tonnes d'engrais minéraux.

"Nous nous trouvons dans la zone d'amarrage numéro 7 du port maritime," décrit Jaloliddin Avezov, directeur général du groupe d'investissement Wondernet Express, l'une des entreprises impliquées, "où nous allons construire un nouveau terminal pour assurer le transit, le chargement et le stockage d'engrais minéraux produits en Asie centrale qui arriveront ici après avoir traversé l'Azerbaïjan et la Géorgie."

Apostolos Staikos
Port de BatoumiApostolos Staikos

Engrais minéraux d'Asie centrale

Des sociétés privées et le gouvernement géorgien financent ce terminal multimodal dont le coût atteindra l'équivalent de 18 millions d'euros.

Il prendra en charge des engrais minéraux provenant de pays d'Asie centrale qui seront acheminés en train depuis Bakou au bord de la mer Caspienne en Azerbaïjan.

"Ce nouveau corridor de transport devrait constituer la route la plus courte et la plus efficace pour les produits transitant entre l'Asie centrale et la mer Noire ; il renforcera aussi le statut géopolitique des pays impliqués," fait remarquer notre journaliste Apostolos Staikos.

Accès facilité au marché européen

Dans le prolongement de cette route, on trouve le marché européen.

L'objectif de la Géorgie, c'est de tirer les avantages de sa situation au carrefour de l'Europe et de l'Asie pour devenir un nœud de transport entre Orient et Occident.

Ce projet vise aussi à créer un environnement favorable à l'investissement et à attirer de nouveaux capitaux.

"Nous allons faire transiter par ce terminal, 1,2 millions de tonnes d'engrais par an," explique Levan Gurgenidze, vice-président du terminal pétrolier de Batoumi. "Ce projet représentera le terminal le mieux placé pour relier les marchés de l'Est et les pays occidentaux : cela alimentera la réputation de la Géorgie en tant que hub mondial pour le transport de ce type de produits," assure-t-il.

Apostolos Staikos
Zone d'amarrage 7 du port de BatoumiApostolos Staikos

Création d'emplois

Le gouvernement de la région autonome de l'Adjarie où se trouve Batoumi voit dans ce projet, une aubaine pour l'économie locale. Il se traduira également par la création d'au moins une centaine d'emplois.

"Ce nouvel équipement portuaire est destiné à devenir un point de passage pour les produits qui passent par la mer Caspienne et la mer Noire," indique Tornike Rijvadze, président du gouvernement de la région de l'Adjarie, avant d'ajouter : "Je suis persuadé qu'il créera de nouvelles possibilités de liaisons entre l'Europe et l'Asie, il représente une étape importante pour l'économie locale en termes de création d'emplois."

Les autorités assurent que le projet respectera les réglementations et normes environnementales internationales.

Le nouveau terminal devrait être mis en service à l'été 2020.

Apostolos Staikos
Port de BatoumiApostolos Staikos