Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

"Maurice le coq" devant la justice car les voisins le trouvent trop bruyant

"Maurice le coq" devant la justice car les voisins le trouvent trop bruyant
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

C'est un chant du matin qui commence sérieusement à avoir du plomb dans l'aile depuis 2 ans. Cette bande sonore de la discorde, c'est celle de Maurice, un coq de 2,5 kilos. Et elle met les voisins à cran.

La propriétaire du coq, Corinne, vit à Saint-Pierre-d'Oléron, dans l'ouest de la France, depuis 35 ans. Cette résidente, qui a elle-même été chanteuse par le passé, est poursuivie en justice par des voisins.

Ce couple de retraités demande des dommages et intérêts, la prise en charge des frais de justice et surtout la fin des "nuisances".

"Ruralité menacée"

Les cris d'orfraie ont conduit jusqu'au procès. L'audience a eu lieu ce jeudi. Et il faudra attendre le 5 septembre pour que le tribunal d'instance de Rochefort rende son jugement.

Mais le destin du coq Maurice dépasse cette simple affaire de voisinage. Marche, pétitions... Il est soutenu par de nombreux habitants.

Maurice possède sa page Facebook et a même fait l'objet d'un article du New York Times, devenant ainsi le symbole d'une ruralité "menacée", selon ses défenseurs.

Le maire de Saint-Pierre-d'Oléron a même pris un arrêté pour rappeler le caractère "rural" de sa commune, qui pourrait, dans cette affaire, y perdre des plumes.

"Patrimoine national"

Ce n'est pas la première procédure de ce type. En 2018, un couple de la commune de Grignols, en Dordogne, a été condamné car le coassement de leurs grenouilles indisposaient les voisins.

Mais en face, certains défenseurs de la ruralité (et de ses sons) veulent encore aller plus loin. Le maire de Gajac, petite commune de Gironde, souhaite faire classer les bruits de la campagne au « patrimoine immatériel national ».