DERNIERE MINUTE

L'Allemagne demande pardon, 75 ans après l'insurrection de Varsovie

L'Allemagne demande pardon, 75 ans après l'insurrection de Varsovie
Taille du texte Aa Aa

Le ministre allemand des Affaires étrangères a demandé une nouvelle fois pardon. Il y a 75 ans, ce 1er août 1944, Varsovie se rebellait contre les nazis.

La capitale polonaise a rendu hommage à ses héros : 50.000 insurgés, soldats de l'armée clandestine AK dépendant du gouvernement polonais en exil à Londres, se sont lancés contre l'occupant. En 63 jours de combats, 200.000 civils ont été tués et la ville a été transformée en un tas de ruines. Hitler a ensuite ordonné de raser ce qu'il en restait.

Eugeniusz Tyrajski était l'un de ces héros :

"Pour moi le premier jour de l'insurrection a été le plus horrible. Je menais un groupe de 15 combattants et dès la première heure, six sont morts. Il était clair que nous étions en infériorité."

"On ne peut que ressentir une profonde honte en pensant à ce que les Allemands au nom de l'Allemagne ont fait à la Pologne", a déclaré le ministre des Affaires étrangères allemand, Heiko Maas. "Et les souffrances indicibles que les Polonais ont dû subir à Varsovie et dans tout le pays, c'est important pour moi de le dire, bouleversent beaucoup d'Allemands, ils savent tout cela, et je tiens à l'exprimer aussi."

"Le tort causé à la Pologne et aux Polonais n’a pas été réparé par ses auteurs", a ajouté Jacek Czaputowicz."Le ministre des Affaires étrangères polonais. Les Polonais ont eux-mêmes reconstruit, à travers leurs efforts et leur travail, la capitale détruite. Cela illustre clairement un problème plus vaste : nous les Polonais nous ne considérons pas la question de la réparation de la guerre comme réglée."

L'insurrection a eu lieu un an après le soulèvement du ghetto de Varsovie. Elle a été déclenchée au moment où l'armée soviétique était aux portes de Varsovie, mais les Polonais voulaient montrer au monde qu'ils étaient capables de se libérer seuls.

Staline a attendu que les Allemands écrasent les insurgés, afin de se faciliter ensuite la prise de contrôle de la Pologne.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.