Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Avant et après : la fonte des glaces au Groenland en images

Copernicus Sentinel 2019, données modifiées et traitées par Annamaria Luongo
Copernicus Sentinel 2019, données modifiées et traitées par Annamaria Luongo
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La canicule qui a sévi entre le 30 juillet et le 3 août au Groenland a provoqué une fonte record des glaces sur la deuxième plus grande île du monde. Si l'ampleur de cette fonte est encore difficile à saisir, des observations par satellite réalisées quotidiennement mettent en évidence l'étendue réelle du phénomène. De nombreux experts ont ainsi mis à profit les clichés effectués par les satellites Sentinel du programme européen de surveillance de la Terre Copernicus.

La calotte polaire (inlandsis) du Groenland, la deuxième plus grande masse de glace de la planète après l'Antarctique, a fondu, au plus fort du phénomène, à un rythme d'environ 10 gigatonnes par jour durant l'épisode caniculaire.

La glace qui n'a pas fondu a été "contaminée" par de la poussière et des dépôts de sédiments ; des conditions favorisant la fonte rapide. En effet, cette glace grise qui se forme, plus sombre, absorbe plus de chaleur et favorise le développement de bactéries et d'autres micro-organismes.

Les clichés réalisés par Pierre Markuse, expert en imagerie satellite, attestent de la contraction de la calotte polaire entre août 2018 et août 2019. Si les températures de 2018 avaient déjà été élevées, celles de 2019 le sont plus encore.

Le diaporama ci-dessous représente une bande de 72 km de large sur 36 km de haut, située à l'ouest du Groenland. Entre 2018 et 2019, la bande de glace grise s'est élargie et a progressé d'environ 10 km. Les bassins formés par la fonte de la glace ont été plus alimentés et de nouvelles étendues d'eaux ont apparu. Vous pouvez déplacer la barre centrale de droite à gauche pour comparer les deux images.

Evolution de l'ouest de l'inlandsis du Groenland entre 2018 et 2019

Les photos originales sont disponibles sur le compte Flickr de Markuse. Vous pouvez également consulter ici en ligne un plus grand diaporama.

Les mesures de la fonte de surface ne tiennent pas compte du vêlage, le processus naturel de formation des icebergs lorsque le front d'un glacier entre en contact avec une étendue d'eau. Les experts estiment donc que la fonte des glace est beaucoup plus importante.

Evolution de la situation à Kangerlussuaq en 2018 et 2019

Pierre Markuse a également mis en évidence que le fjord de Kangerlussuaq, situé dans la municipalité de Qeqqatta, a été cette année plus alimenté par des eaux de fonte qu'en 2018. En 2012, un précédent épisode de "fonte record" avait d'ailleurs emporté le pont de cette localité.

L'ouest du Groenland, à une plus grande échelle, entre 2018 et 2019

Annamaría Luongo, autre experte en imagerie satellite, a, elle, mis en exergue la progression des zones de glaces grises et des bassins de fonte dans une zone plus étendue.

Annamaría Luongo a également créé une impressionnante mosaïque à partir d'images prises par le satellite Sentinel 2 de Copernicus, montrant l'importance de cette glace grise sur une bande côtière longue de 1 500 km, à l'ouest du Groenland.

Des espaces naturels toujours en proie aux flammes

Le temps chaud et sec qui a régné au printemps et encore plus cet été a créé des conditions idéales pour la propagation d’incendies au Groenland, ainsi que dans la région arctique voisine de la Sibérie.

Copernicus Sentinel 2019, données modifiées et traitées par Pierre Markuse
Plus de 6 km2 ont été consumés par les flammes dans la région de QeqqataCopernicus Sentinel 2019, données modifiées et traitées par Pierre Markuse

Selon Pierre Markuse, l'incendie qui a ravagé la région de Qeqqata s'est propagé sur environ 6 km2.

Des vidéos du feu qui a consumé la toundra dans cette région ont été mis en ligne, attestant de l'importance du phénomène.