Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Kurz et les conservateurs vainqueurs des législatives en Autriche

Sebastian Kurz, chef du parti conservateur ÖVP, Vienne (Autriche), le 29/09/2019
Sebastian Kurz, chef du parti conservateur ÖVP, Vienne (Autriche), le 29/09/2019 -
Tous droits réservés
REUTERS/Leonhard Foeger
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

En Autriche, les conservateurs de Sebastian Kurz remportent les législatives de ce dimanche. D'après les premières estimations, l'extrême-droite est en recul et les Verts font une percée.

Les bureaux de vote ont fermé à 17h00, et immédiatement, les instituts de sondage ont publié leurs projections sur les base d'estimations.

Les conservateurs mènent le bal

Ce qui ressort nettement, c'est la large victoire du parti conservateur ÖVP de Sebastian Kurz, qui obtiendrait près de 37% des suffrages. Ce n'est pas une totale surprise, ce score est conforme à ce que prédisaient les enquêtes d'opinion avant le vote.

A 33 ans, Sebastian Kurz semble donc promis à un retour au pouvoir au poste de chancelier, quelques mois après avoir dû y renoncer. La coalition qu'il formait avec le FPÖ (extrême-droite) a explosé suite à un scandale éclaboussant l'extrême-droite.

Quelle alliance pour gouverner ?

Mais la question qui se pose donc, désormais, c'est de savoir avec qui les conservateurs vont faire alliance.

D'après les estimations, les Sociaux-démocrates emmenés par Pamela Rendi-Wagner sont en deuxième position avec 22% des voix. C'est moins bien que lors des dernières législatives.

Les Verts font valser l'extrême droite

Mais le recul le plus important, c'est celui du FPÖ. Le parti d'extrême-droite, conduit par Norbert Hofer, n'aurait obtenu que 16% des suffrages. C'est loin des ambitions du parti. C'est surtout le signe que le scandale "Ibizagate" qui l'a éclaboussé il y a quelques mois a laissé des traces dans l'électorat.

Ceux qui apparaissent en position de force, ce sont les Verts. Ils réalisent lors de ces législatives une nette percée : plus de 14% des voix, selon les estimations. Les questions environnementales ont animé la campagne. Et avec leur nouveau poids au parlement, les Verts pourraient avoir leur mot à dire en vue d'une future coalition. Mais les leaders du parti écolo ont prévenu qu'ils poseraient des conditions fermes à tout éventuel accord de coalition.

- avec agences -