Contrainte à l'exil par le gouvernement hongrois, la CEU a rouvert à Vienne

Contrainte à l'exil par le gouvernement hongrois, la CEU a rouvert à Vienne
Par Károly Szilágyi
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Fondée par le milliardaire américano-hongrois George Soros, l'Université d'Europe centrale se trouvait jusqu'à l'année dernière à Budapest. Mais le gouvernement de Viktor Orban a refusé de renouveler son accréditation.

PUBLICITÉ

Pour cette rentrée 2019, les élèves de l'Université d'Europe centrale (CEU) ont découvert les nouveaux locaux de l'établissement, en plein cœur de Vienne. 

Jusqu'à l'année dernière, cette université fondée par le milliardaire américano-hongrois George Soros se trouvait pourtant à Budapest. Mais l'établissement a été forcé à l'exil pour le gouvernement hongrois, qui a refusé de prolongé son accréditation.

Depuis quelques années, le Premier ministre Viktor Orban multiplie les attaques contre George Soros, devenu la bête noire du gouvernement de droite populiste. Le milliardaire et philanthrope est accusé de soutenir l’immigration, ainsi que les mouvements anti-gouvernement, qui ont secoué la Hongrie ces derniers mois.

Lors de l'inauguration du nouveau campus dans la capitale autrichienne, le recteur de la CEU, Michael Ignatieff, a fait part de ses craintes. 

Il ne peut pas y avoir de démocratie sans universités libres. Il ne peut y avoir de sociétés libres sans une science libre et une pensée libre. C'est ce qui anime et inspire la CEU depuis qu'elle a été créée. Et nous avons payé le prix fort pour avoir défendu ces principes en Hongrie.
Michael Ignatieff
recteur de la CEU

Pour l'heure, 300 élèves ont démarré leur cursus universitaire sur le nouveau campus de l'Université d'Europe centrale. Certains élèves sont toujours à Budapest, mais l'établissement va déplacer la plupart de ses formations à Vienne.

Cet université américaine est considérée comme l'une des meilleures au monde. La Commission européenne a intenté un procès contre le gouvernement hongrois, jugeant sa décision illégale. Mais la décision judiciaire pourrait prendre des années.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Péter Magyar, le nouveau rival de Viktor Orban a rassemblé des dizaines de milliers de partisans

Les Hongrois aspergent d'eau froide les femmes pour Pâques

Les chiens comprennent quand on leur parle, selon une étude