DERNIERE MINUTE

Catalogne : Pedro Sanchez au chevet des policiers blessés

Catalogne : Pedro Sanchez au chevet des policiers blessés
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Pedro Sanchez tente de recoller les morceaux en Catalogne. En baisse dans les sondages, alors qu'il a lui-même convoqué des élections anticipées pour le 10 novembre, le Premier ministre espagnol est venu rencontrer les forces de l'ordre à Barcelone ce lundi, mises à rude épreuve depuis une semaine face à la détermination des manifestants indépendantistes.

Pedro Sanchez a déclaré aux policiers : "Pendant ces moments, il est très important de garantir la modération représentée par les forces de sécurité de l'État pour assurer la coexistence qui est aujourd'hui questionnée. Je pense que vous êtes un exemple de professionnalisme."

Et c'est sous les huées et les klaxons que Pedro Sanchez a quitté le QG de la police.

"On dirait qu'il ne veut pas parler (à qui que ce soit ici), dit cet homme à la sortie - même pas à son représentant en Catalogne. Et qu'il ne respecte pas les droits des citoyens - par exemple, il rend visite à des policiers blessés, mais pas aux manifestants blessés qui ont protesté librement sans aucune violence".

"Oui, c'est une situation compliquée, poursuit un autre_. Il y aura toujours un avant et un après le verdict de la Cour suprême. Donc, rien n'est résolu comme on pourrait le penser. La situation est pire parce que la décision judiciaire a été prise, et nous sommes définitivement bloqués"._

A vingt jours des élections, les sondages montrent une avancée de la droite espagnole, notamment le Parti Populaire, qui reproche au gouvernement sa faiblesse face aux indépendantistes. Le PP passerait ainsi de 66 à 100 sièges au parlement. L'extrême droite de VOX gagnerait de son côté jusqu'à 12 sièges en plus.

Cristina Giner, à Barcelone : "_Ces derniers jours, la tension s'est fait sentir non seulement dans la rue, mais aussi au niveau politique avec les législatives qui approchent. les partis politiques, nationaux ou indépendantistes, sont très prudents car avec cette situation très volatile, toute déclaration ou geste imprudent pourrait leur faire perdre des votes. En tout état de cause, il est bien difficile de trouver une issue à la tension que subit aujourd'hui la Catalogne". _

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.