EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

"Plus les glaciers fondent sur le plateau tibétain, plus il y aura des vagues de chaleur en Europe"

"Plus les glaciers fondent sur le plateau tibétain, plus il y aura des vagues de chaleur en Europe"
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Marta Rodriguez Martinez
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pour une délégation tibétaine, présente à la COP25, la situation est alarmante sur le "toit du monde".

PUBLICITÉ

"Ce qui se passe sur le plateau tibétain a un impact partout dans le monde". C'est avec ces mots qu'une délégation tibétaine a voulu sensibiliser les dirigeants du monde entier, présents à Madrid lors de le COP25, à l'importance de ce "troisième pôle" dans le système climatique globale.

En 50 ans, la glace du "toit du monde" a reculé de 82%, selon cette délégation de l'Institut politique du Tibet. Et au rythme actuel, les deux tiers des glaciers tibétains auront disparu d'ici 2050.

Dechen Palmo, l'une des deux représentants du Tibet, affirme que les conséquences de la dégradation de l'environnement au Tibet se font déjà sentir ailleurs. "Ces dernières années, nous avons vu un certain nombre de cas où des gens meurent à cause des vagues de chaleur en Europe. Or nous avons de nombreux rapports scientifiques qui établissent un lien entre la diminution des glaciers tibétains et les vagues de chaleur en Europe" confie-t-elle.

Le "toit du monde" est aussi le principal château d’eau de l’Asie. Les hautes terres tibétaines sont ainsi essentielles pour l'approvisionnement en eau des principaux fleuves de la Région comme le Mékong, qui irrigue l'Asie du Sud-Est et comme le fleuve jaune ou le Yangtsé en Chine.

Le climat et l’environnement sont des problèmes apolitiques
Tampa Gyaltsen Zamlha
Membre de la délégation tibétaine à la COP25

Pour Tampa Gyaltsen Zamlha, l'autre membre de la délégation tibétaine, le changement climatique ne peut pas être considéré uniquement comme un problème politique. Il nous l'explique :

"Comme l’a dit notre Dalaï-lama, le climat et l’environnement sont des problèmes apolitiques qui n’ont pas de frontières géographiques. Il dit que nous devrions travailler ensemble. Nous avons tenté de rencontrer les délégués chinois pour leur dire que l’environnement est un sujet non-politique et que nous devrions marcher ensemble".

Sources additionnelles • Adrien Rignol

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Animation : 39 secondes pour constater le réchauffement climatique

Islande : un glacier disparu, monument pour sensibiliser les générations futures

Vladimir Poutine salue le chiffre d'affaires record des échanges commerciaux entre la Russie et la Chine