DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

« Pas de retrait américain d'Irak »

euronews_icons_loading
Le président américain Donald Trump dans le Bureau ovale le 07 janvier
Le président américain Donald Trump dans le Bureau ovale le 07 janvier   -   Tous droits réservés  Alex Brandon, AP   -   Alex Brandon
Taille du texte Aa Aa

Nouvelle journée de crise et nouvelle mise en garde de Donald Trump à Téhéran. Alors qu'il recevait le Premier ministre grec ce mardi, le président américain a appelé l'Iran à ne pas tenter de venger la mort Qassem Soleimani.

Voilà ce que j'ai à dire : si l'Iran fait quelque chose qu'il ne devrait pas faire, il en subira les conséquences de manière très forte.
Donald Trump
président des États-Unis

Quant aux troupes américaines stationnées en Irak, leur retrait serait la « pire chose » qui puisse arriver à ce pays, dixit toujours le président des États-Unis. Une façon pour Donald Trump de clore l'épisode cafouilleux de lundi. Une lettre du Pentagone annonçait alors le départ des soldats américains.

Notre politique n'a pas changé. Nous n'allons pas quitter l'Irak. Un brouillon de lettre non signé ne constitue pas un changement de politique, et à ma connaissance, il n'y a pas de lettre signée.
Mark Esper
Secrétaire américain à la Défense

Donald Trump a aussi et surtout justifié à nouveau l'assassinat du général iranien en assurant qu'il planifiait une grande attaque contre des intérêts américains et que « de nombreuses vies » avaient ainsi été sauvées. Pressé de donner davantage de détails, il s'est engagé à donner des explications au Congrès dès ce mercredi.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.