DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Benjamin Griveaux renonce à sa candidature à la mairie de Paris à cause d'une vidéo de sexe

euronews_icons_loading
Benjamin Griveaux a annoncé son retrait de la course aux municipales de Paris le 14 février 2020
Benjamin Griveaux a annoncé son retrait de la course aux municipales de Paris le 14 février 2020   -   Tous droits réservés  Lionel BONAVENTURE / AFP
Taille du texte Aa Aa

Un coup de tonnerre vient de frapper la politique française, et il résonne jusqu'au palais de l'Elysée ! Benjamin Griveaux, un fidèle du président français Emmanuel Macron, a annoncé vendredi matin qu'il retirait sa candidature aux prochaines élections municipales à Paris. Le candidat du parti de la majorité La République en marche est confronté à un scandale sexuel qui vient d'éclater sur internet via une vidéo compromettante.

Une vidéo qui aurait été postée par un Russe

Un site a commencé jeudi soir à diffuser des images qui montrent un homme, désigné comme l'ancien porte-parole du gouvernement français, dans une situation scabreuse, ainsi que des captures d'écran de messages sexuels adressés à une femme. Les réseaux sociaux, friands de ce genre d'affaires, ont évidemment relayé rapidement la vidéo.

C'est un citoyen russe, Piotr Pavlenski, artiste provocateur qui se dit contestataire, qui affirme avoir mis en ligne l'objet du scandale. Il a indiqué au journal français Libération qu'il le tenait d'une femme qui, selon lui, aurait eu une relation consentie avec l'homme politique.

Benjamin Griveaux a expliqué qu'il quittait la course à la mairie de la capitale à regret, mais pour protéger avant tout ses proches :

Cette décision me coûte mais mes priorités sont très claires. C'est d'abord ma famille, vous l'aurez compris...
Etienne LAURENT / POOL / AFP
Benjamin Griveaux aux côtés du président Emmanuel Macron au palais de l'Elysée le 30 décembre 2017Etienne LAURENT / POOL / AFP

L'ex-candidat dénonce des "attaques ignobles"

Lors de sa déclaration au ton solennel, Benjamin Griveaux était visiblement ému, tout comme les membres de son équipe de campagne qui l'entouraient pour le soutenir. Il a évoqué toute une série d'attaques à son encontre, qu'il a qualifiées d' "ignobles".

Depuis plus d'un an, ma famille et moi avons subi des propos diffamatoires, des mensonges, des rumeurs, des attaques anonymes, la révélation de conversations privées dérobées ainsi que des menaces de mort (...) Ce torrent de boue m'a affecté et surtout a fait mal à ceux que j'aime. Comme si cela n'était pas suffisant, un nouveau stade a été franchi. Un site internet et des réseaux sociaux ont relayé des attaques ignobles mettant en cause ma vie privée. Ma famille ne mérite pas cela. Personne, au fond, ne devrait jamais subir cette violence

Le candidat malheureux a précisé qu'il avait pu parler au président Macron tard dans la soirée de jeudi. Il a indiqué que le chef de l'Etat l'avait assuré de son soutien "quelle que soit sa décision", et qu'il lui avait dit de surtout protéger ses proches.

Dans les sondages en vue de la bataille pour conquérir l'Hôtel de Ville de Paris, le représentant du parti présidentiel n'arrivait qu'en troisième position, derrière la maire socialiste sortante, Anne Hidalgo, et la candidate du parti de droite Les Républicains, Rachida Dati.

A la suite de l'annonce de Benjamin Griveaux, Anne Hidalgo a appelé "au respect de la vie privée et des personnes".

Cédric Villani, ancien membre de La République en marche poussé vers la sortie, et devenu candidat dissident aux municipales parisiennes, a fait part de son indignation sur son compte Twitter :

Commentaire TV de Julien Pavy