PUBLICITÉ

Syrie : pourquoi la province d'Idleb est-elle autant source de tensions ?

Syrie : pourquoi la province d'Idleb est-elle autant source de tensions ?
Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Cette zone au cœur d'une immense crise humanitaire en Syrie et de fortes tensions entre plusieurs puissances de la région est située à la frontière turque et revêt un intérêt stratégique pour plusieurs raisons. Euronews fait le point.

C'est la zone qui est au cœur d'une immense crise humanitaire en Syrie et au cœur de fortes tensions entre forces syriennes et turques. La province d'Idleb est le grand bastion à reconquérir pour le régime de Bachar al-Assad et son allié russe. Située à la frontière turque, cette région, qui fait deux fois la taille du Luxembourg, reste actuellement contrôlée par les rebelles et les djihadistes.

PUBLICITÉ

D'un côté, les troupes de Bachar al-Assad sont appuyées par l'aviation russe. Le régime syrien est également soutenu par l'Iran. De l'autre, la Turquie de Recep Tayyip Erdogan soutient des groupes rebelles. Un accord de désescalade entre la Turquie et la Russie avait été conclu en 2017 pour tenter de mettre fin aux combats, et la Turquie avait alors déployé des "postes d'observations".

Mais depuis le printemps dernier, Damas a lancé plusieurs offensives pour tenter de reconquérir la province, avec le soutien de l'aviation russe. C'est ce qui a occasionné des affrontements meurtriers avec les forces turques.

**Mais pourquoi la province d'Idleb revête-t-elle un intérêt si stratégique ? Il sont divers. ****Euronews vous propose de faire le point avec cette vidéo explicative.**

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Idleb : après de lourdes pertes, Erdogan réclame un désengagement russe

Syrie : 20 combattants kurdes tués dans un nouveau raid de la Turquie

Au moins deux civils tués par des frappes russes dans le nord-ouest de la Syrie