DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le marché intérieur de l’Union européenne ébranlé par le coronavirus

euronews_icons_loading
Le marché intérieur de l’Union européenne ébranlé par le coronavirus
Tous droits réservés  John Thys/ EU
Taille du texte Aa Aa

Des kilomètres de camions les uns derrière les autres à proximité de la frontière polonaise. Ces images symbolisent le cauchemar des institutions européennes. Varsovie s’est coupée de ses voisins et menace ainsi le marché intérieur.

Pour les responsables de l’UE il faut préserver à tout prix cet acquis présenté comme le plus grand succès de la construction européenne. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, se dit satisfaite par le contenu de ses entretiens téléphoniques avec le Premier ministre polonais et des engagements pris par ce dernier. Ce message en faveur du marché unique a été relayé par les 27 ministres des Transports réunis en visioconférence.

Pas un cas isolé

Mais la Pologne n’est pas le seul Etat membre à avoir opté pour des contrôles sur son territoire. Ces mesures ont entrainé la fermeture des frontières extérieures de l’UE. Pour les institutions l'objectif est aussi d’assurer la libre circulation des personnes et des biens entre les pays membres.

Mais ce marché intérieur pourrait connaître d’autres difficultés Pour des raisons de sécurité sanitaire de nombreux chauffeurs de poids lourd préfèrent rentrer chez eux. Cette pénurie risque alors de réduire l'acheminement des marchandises. Ákos Sódar dirige une entreprise de transport, Speed Log, et ses prévisions sont simples "à partir de la semaine prochaine la moitié de la flotte va s'arrêter faute de chauffeurs".

Le coronavirus a testé jusqu’à maintenant les systèmes de santé et les économies des Etats membres. Si la fermeture des frontières se poursuit, la pandémie pourrait alors mettre au défi la circulation des biens. C’est donc un test pour le marché intérieur.