DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'esclavage moderne continue de sévir : les plus vulnérables fragilisés par la crise sanitaire

euronews_icons_loading
L'esclavage moderne continue de sévir : les plus vulnérables fragilisés par la crise sanitaire
Tous droits réservés  Dita Alangkara/Copyright 2016 The Associated Press. All rights reserved. This material may not be published, broadcast, rewritten or redistribu
Taille du texte Aa Aa

En observant les rues de Londres, c'est difficile à imaginer, et pourtant… L'esclavage moderne est une réalité au Royaume-Uni comme dans le reste de l'Europe. Des victimes, souvent trompées par de fausses promesses, se retrouvent prises au piège et exploitées.

Plus de 10 000 victimes au Royaume-Uni

L'an dernier, 10 600 personnes ont été identifiées comme étant des victimes potentielles de l'esclavage moderne au Royaume-Uni : un chiffre record, 50 % de plus qu'en 2018. Le travail forcé était la forme d'abus la plus répandue, de nombreuses victimes étant des ressortissants britanniques ou des personnes originaires d'Albanie et du Vietnam.

Bars à ongles, stations de lavage de voitures, domaines agricoles, usines… Les secteurs où s'exerce cette exploitation par le travail sont nombreux. Et d'après l'association caritative Hestia, la levée des restrictions liées à la pandémie va rouvrir une brèche.

« Avec la reprise de ces services et ces activités, le nombre des personnes exploitées va repartir à la hausse, prédit Ella Read, responsable de l'unité de lutte contre l'esclavage moderne dans cette association. Et le risque est peut-être encore plus élevé qu'avant parce que les employeurs ont moins de trésorerie pour payer des salaires décents. »

Hestia vient tout juste d'ouvrir un foyer à Londres pour les rescapés de l'esclavage moderne et l'assure : les restrictions de voyage n'arrêtent pas les trafiquants.

« Malheureusement, ils trouvent des moyens pour déplacer leurs victimes, que ce soit pour les faire partir à l'étranger ou pour les faire venir au Royaume-Uni, confirme Ella Read. Mais le risque pour les ressortissants britanniques est aussi accru. »

En 2015, le Royaume-Uni s'est doté d'une législation pour contrer l'esclavage moderne, mais elle n'est pas ou peu mise en oeuvre.

Un statut juridique pour les victimes

Nancy a vécu cette servitude. Aujourd'hui, elle milite pour que les victimes étrangères aient un statut juridique qui leur permette de rester dans le pays.

« Cela aiderait les survivants à refaire leur vie parce que la liberté pour les victimes, c'est d'avoir un statut légal, plaide-t-elle. Sans cela, elles restent dans une situation vulnérable et sont exposées à de nouveaux trafics ou à une réexploitation. »

Unmesh Desai est un élu de l'assemblée du Grand Londres. Il préside le comité de lutte contre la criminalité :

« Il y a eu très peu de poursuites en application de la loi contre l'esclavage moderne, dit-il. Il faut donc renforcer son application. Nous avons fait une partie du chemin, mais beaucoup reste à faire. »

L'esclavage moderne recouvre le travail forcé, l'exploitation sexuelle, la servitude pour dettes ou encore le mariage forcé. Plus de 40 millions de personnes en seraient victimes à travers le monde.