DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Macron : "Le temps des responsabilités pour le Liban et ses dirigeants"

euronews_icons_loading
Macron : "Le temps des responsabilités pour le Liban et ses dirigeants"
Tous droits réservés  Hussein Malla/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Le président français s'est rendu sur les lieux de la double explosion à Beyrouth ce jeudi appelant à une enquête internationale ouverte et transparente, pour déterminer les causes du drame survenu mardi qui a fait au moins 137 morts et plus de 5 000 blessés.

Exigeant des réformes profondes dans le système politique du pays, Emmanuel Macron a aussi annoncé l'organisation d'une conférence d'aide internationale pour le Liban "dans les tout prochains jours". Elle visera à mobiliser "des financements internationaux, des Européens, des Américains, tous les pays de la région et au-delà, afin de fournir des médicaments, des soins, de la nourriture", a-t-il indiqué.

Les aides iront directement aux bénéficiaires

Ayant pu constater par lui-même dans un quartier de Beyrouth l'immense colère populaire contre la classe dirigeante libanaise, Emmanuel Macron a souligné que l'aide mobilisée après la catastrophe de mardi irait directement aux bénéficiaires, notamment par le biais de l'ONU.

Cela permettrait d'"éviter que, d'abord, des choses soit cachées, et aussi que le doute ne s'installe", a-t-il dit. Pour de nombreux Libanais, la catastrophe de mardi est la goutte d'eau qui fait déborder le vase, après des années de corruption et de mauvaise gestion du pays.

"Nous mettrons en place une gouvernance claire et transparente pour que l'ensemble de cette aide, qu'il s'agisse de l'aide française comme de l'aide internationale, soit directement acheminée aux populations, aux organisations non gouvernementales, aux équipes sur le terrain qui en ont besoin, sans qu'aucune opacité, aucun détournement ne soient possible.".

"Le temps des responsabilités" pour les dirigeants libanais

En 2018, Paris avait organisé une conférence d'aide pour le Liban qui avait permis de lever 11 milliards de dollars, en contrepartie de réformes. Mais ces fonds n'ont jamais été débloqués car les réformes ne se sont jamais concrétisées, dans un pays habitué aux crises politiques à répétition et aux marchandages interminables.

"C'est le temps des responsabilités aujourd'hui pour le Liban et pour ses dirigeants", a clamé le chef de l'Etat français, exhortant à une "refondation d'un ordre politique nouveau", à de "profonds changements".

"Les financements sont là, ils attendent les réformes", a-t-il souligné, précisant qu'il ne pouvait pas "donner des chèques en blanc à des systèmes qui n'ont plus la confiance de leur peuple." Autrement dit, au delà de l'aide humanitaire, le Liban ne recevra pas d'argent sans réformes.

M. Macron sera de retour le 1er septembre pour marquer le centenaire de la naissance du Liban, mais aussi "faire un point d'étape" sur "l'indispensable sursaut" attendu des responsables.

Interrogé par un journaliste sur la possibilité de "sanctions" contre les dirigeants libanais en l'absence de progrès, le président français a dit: "je n'exclus rien, mais je pense qu'il faut faire les choses en bon ordre", assurant que ce n'était pas "la priorité en terme d'action".