DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Italie : une rentrée universitaire malgré le Covid-19

Access to the comments Discussion
Par Elena Cavallone
euronews_icons_loading
Italie : une rentrée universitaire malgré le Covid-19
Tous droits réservés  FILIPPO MONTEFORTE/AFP
Taille du texte Aa Aa

À Rome, en Italie, l’université de la Sapienza est bien calme, à deux semaines de la rentrée universitaire.

Le personnel veut s’assurer que c’est dans les meilleures conditions possibles que va se faire le retour des étudiants. Ces derniers, pour cause de distance de sécurité, vont devoir réserver en ligne leur place.

Eugenio Gaudio, recteur de la Sapienza : "Avec ce système de réservation pour l’attribution des sièges nous aurons la situation précise de qui est présent dans la classe un jour est une heure donnée. Nous invitons également tous les élèves à télécharger l’application "Immuni"qui est celle que le gouvernement recommande pour garder une traçabilité en ce qui concerne le COVID-19".

Tous les cours seront aussi diffusés en streaming pour les étudiants restés chez eux. Mais comment faire pour les nombreuses classes lors desquelles des travaux pratiques sont proposés aux étudiants ?

Marco Oliverio, chef du département de Biologie : "Nous sommes en train de ré-équiper complètement nos salles de classe car la grande majorité n’était pas préparée à cette situation. C’est difficile de montrer ça par exemple à un élève à la maison mais nous préparons une série d’images en 3D que les étudiants pourront étudier chez eux presque comme si ils étaient ici".

Le premier semestre universitaire va sûrement servir à essuyer les plâtres, et des représentants étudiants s’inquiètent de cette rentrée 2020 et ont peur de payer les pots cassés.

Antonio Lodise, représentant étudiant : "Les directives actuelles ne donnent aucune réponse aux étudiants qui sont sur le point d’obtenir leur diplôme et terminent leurs stages. Les étudiants qui ne sont pas de Rome ne savent pas comment et quand ils devront payer un loyer dans la ville pour suivre les cours. Ces directives doivent être plus concrètes et tangibles".

Elena Cavallone, correspondante à Rome : "Il y a plus d’un million et demi d’étudiants en université en Italie. Le coup d’envoi de la nouvelle année est un test crucial pour le pays, l’un des plus touchés par le coronavirus en Europe. Les premières semaines seront décisives pour constater l’efficacité ou non des nouvelles mesures".