DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Boeing revoit à la hausse le nombre de suppressions d'emplois

euronews_icons_loading
Boeing revoit à la hausse le nombre de suppressions d'emplois
Tous droits réservés  Ted S. Warren/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Boeing pique du nez dans des proportions plus importantes que prévu. Le constructeur américain prévoit désormais la suppression totale de 30 000 emplois en deux ans, soit 20% de ses effectifs actuels dans le monde.

En plus de départs à la retraite qui ne seront visiblement pas remplacés, Boeing devait se séparer de 7 000 employés supplémentaires d'ici fin 2021, mais aucun détail n'a été divulgué sur les pays, usines ou programmes concernés.

Boeing voit les crises s'empiler : aux déboires liés aux 737 MAX, cloués au sol depuis deux accidents meurtriers, sont venues s'ajouter les terribles conséquences de la pandémie de coronavirus, qui ont fortement ralenti le trafic aérien. Les commandes d'avion deviennent de plus en plus rares et la deuxième vague de Covid-19 ne vient rien arranger, handicapant la reprise tant attendue.

Quid d'Airbus ?

Ces turbulences ne concernent pas que Boeing. Malgré un plan d'aide de 15 milliards d'euros du gouvernement français accordé à l'aéronautique, Airbus avait annoncé la suppression de 15 000 emplois, soit 10% de ses effectifs. Un tiers de ses suppressions d'emplois concernait la France.

Mais la direction et les syndicats sont parvenus à s'entendre sur un accord, qui combine dispositif d'activité partielle, retraites anticipées ou départs pour création d'entreprise. Mis bout à bout, ce plan permettrait d'éviter les départs contraints.

Ces difficultés sont sans compter le conflit commercial qui continue d'opposer Airbus à Boeing. Dernier rebondissement en date : l'OMC a donné son feu vert à l'Union européenne pour taxer l'équivalent de 4 milliards de dollars d'importations américaines, en représailles à des subventions accordées à Boeing et jugées illégales. Il y a un an, les Européens et Airbus avaient été sanctionnés pour les mêmes raisons, ce qui avait conduit Donald Trump à taxer l'équivalent de 7,5 milliards de dollars d'importations européennes.