DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Catherine Bertrand, rescapée de l'attentat du Bataclan, se confie cinq ans après

euronews_icons_loading
Catherine Bertrand, rescapée de l'attentat du Bataclan
Catherine Bertrand, rescapée de l'attentat du Bataclan   -   Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Chroniques d'une survivante, c'est l'exutoire qui a aidé Catherine Bertrand à retrouver un semblant de vie normale. Cette vie, elle a basculé le soir du 13 novembre 2015 au Bataclan. Catherine assistait au concert lorsqu'un commando a fait irruption dans la salle tuant 90 personnes. Elle en a réchappé, mais pas indemne. Cinq ans plus tard, elle souffre toujours de stress post-traumatique. Sa bande dessinée est parue deux ans après les attentats de Paris.

« Il a fallu que je trouve un moyen de m'exprimer pour dire : voilà ce qui se passe dans ma tête. Essayer de rendre l'invisible visible. Et je me suis servie justement du dessin pour le faire, j'ai commencé à dessiner des petites scènes que je vivais au quotidien, que ce soit avec mes collègues dans la rue, dans métro, je notais tout, je dessinais tout, j'écrivais tout. »

Elle confie aussi ses angoisses, sa phobie des transports en commun, de la foule, des bruits soudains…

« Le stress post-traumatique, ça regroupe énormément de symptômes. Surtout les bruits. Il y a les bruits, les claquements de portes, tout ce qui est soudain, les choses qui tombent, les verres qui cassent... Les enfants qui crient dans la rue, parce qu'ils s'amusent, parce qu'ils sont joyeux, eh bien nous, enfin moi en tout cas, quand j'entendais des cours d'école à la récré, des enfants qui crient, j'avais l'impression qu'ils étaient en train de se faire trucider. »