DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Grand virage énergétique en vue au Danemark

Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Oil exploration at sea
Oil exploration at sea   -   Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

Le Danemark fait le grand saut. Il s'est engagé à cesser toute extraction de pétrole et de gaz en mer du Nord en 2050. Le pays scandinave a ainsi annulé son dernier appel d'offres pour l'exploitation de nouveaux gisements. Une décision majeure pour celui qui est actuellement le premier producteur de brut de l'UE.

« Le Danemark doit être un modèle vert, et l'un des moyens de le devenir, c'est de fixer une date de fin pour l'extraction de pétrole, malgré le fait qu'il soit le premier producteur d'Europe, explique le ministre du Climat et de l'Énergie, Dan Jørgensen. Mais si nous arrêtions avant 2050, le coût serait beaucoup plus élevé et les effets sur le climat seraient les mêmes. »

Le pays exploite actuellement 20 gisements de pétrole et de gaz et 55 plates-formes de forage. Si sa production de gaz est désormais minime – 3,2 milliards de mètres cubes l'an dernier – sa production de brut est de 100 000 barils par jour.

Une manne qui a aussi permis de financer la transition énergétique, assure le directeur général de NorSea, Jesper Høj Hansen :

« Je suis un peu ennuyé et inquiet, dit-il, parce que la grande réorganisation verte que nous avons engagée dans l'industrie du pétrole et du gaz au Danemark, à laquelle nous nous tenons en étant un pays pionnier et qui profite aussi à l'industrie éolienne, tout cela est compromis et risque de s'arrêter net si nous ne poursuivons pas nos activités en mer du Nord. »

Le royaume nordique entend réduire de 70 % ses émissions de gaz à effet de serre d'ici dix ans. Greenpeace a salué un geste fort pour le respect des accords de Paris.