DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

[Data] La France "malade' de sa police ? Comparatif au niveau européen

Access to the comments Discussion
Par Vincent Coste
Des CRS de la police nationale française, lors d'une manifestation de professeurs et d'étudiants, le 26 janvier 2021 à Paris
Des CRS de la police nationale française, lors d'une manifestation de professeurs et d'étudiants, le 26 janvier 2021 à Paris   -   Tous droits réservés  THOMAS COEX / AFP
Taille du texte Aa Aa

La France va lancer, le 1er février, une grande concertation sur sa police et sa gendarmerie qui doit durer plusieurs semaines. L'un des objectifs de ces rencontres, organisées jusqu'en mai, sera de renforcer le lien entre la population et les forces de l'ordre. Un lien qui s'est particulièrement émoussé ces derniers mois après des affaires de violences policières ou l'usage contesté des LBD (lanceur de balles de défense) lors de manifestations. D'autres thèmes identifiés par le ministre français de l'Intérieur comme les "7 péchés capitaux de la police", à l'image de l'encadrement et la formation, seront également au centre de ces consultations.

Combien de forces de l'ordre en France ?

Des organisations syndicales de la police française, des responsables politiques, ont souvent dénoncé un manque d'effectifs, voire une diminution des agents sur le terrain. Sur ce point, des rapports officiels attestent au contraire que le rythme des recrutements s'est même accéléré entre 2013 et 2017, où 8 837 postes de policiers et de gendarmes (qui sont des militaires) ont été créés. De plus, le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, s'est engagé a créer 10 000 emplois supplémentaires lors de son quinquennat. Entre 2018 et 2022, les forces de sécurité intérieure seront ainsi créditées de 7 500 policiers et 2 500 gendarmes.

Ainsi, au total, en prenant en compte ces créations de poste, la France compte actuellement plus de 250 000 représentants des forces de l'ordre sur son territoire.

Il faut également ajouter à ce nombre, les militaires mobilisés pour "l'opération Sentinelle", mise en place après les attentats de janvier 2015. Selon les périodes, 7 000 (+3 000 en réserve) soldats assurent, en effet, dans le cadre de ce disposition des missions de sécurité intérieure.

En outre, la France comptait au 1er janvier 2020, 23 934 policiers municipaux, qui sont directement employées les communes françaises, selon le ministère de l'Intérieur. Tous ces policiers municipaux ne sont pas armés. 2 638 collectivités sur 4 555 où ils sont présents ont choisi de les armer. Dans le détail, 1 050 agents sont présents à Paris, même s'ils n'ont pas exactement le statut de policiers municipaux. Suivent ensuite, Nice (455), Marseille (434) et Lyon (350). En analysant plus précisément, ces données, il apparaît que les agents de police municipale sont plus présents en région parisienne et dans le sud-est de la France.

De plus, parallèlement aux policiers municipaux, il existe aussi dans les communes françaises des agents de surveillance de la voie publique, qui ne sont pas armés. Ils sont au nombre de 7 000 et sont surtout appelés à constater par procès-verbal des contraventions au code de la route ou à effectuer des constatations prévues par le code l'environnement.

Pour être tout à fait complet, il faut également mentionner les 17 000 agents des douanes. Ces derniers assurent en effet des missions de sécurité intérieure.

Ainsi, en additionnant tous ces effectifs, le total des forces de sécurité en France est d'un peu plus de 300 000. A titre de comparaison, il y avait 870 900 enseignants (728 450 dans le public et 142 450 dans le privé) dans les écoles, les collèges et les lycées en 2019.

D'autre part, le secteur de la sécurité dans le privé est aussi important en France. Selon l'institut français de statistiques (INSEE), ce domaine, fort de plus de 5 700 entreprises, emploie plus de 120 000 personnes et réalise un chiffre d'affaires – hors taxes – de plus de 6 milliards d'euros, selon des données de 2017.

Plus de 1,6 million de policiers dans l'UE

Eurostat a noté dans une étude de 2019 que 1,6 million de policiers étaient présents sur l'ensemble du territoire de l'UE en 2018. En prenant en compte le Brexit, ce chiffre est ramené à 1,5 millions dans l'Union à 27 membres, toujours supérieur aux 975 305 policiers aux Etats-Unis, dénombrés par un rapport du bureau fédéral d'investigation (FBI) en 2018.

De 2009 et 2019, le nombre total de policiers en Europe n'a pratiquement pas évolué, toujours compris entre 1,68 et 1,64 millions.

Pour opérer une comparaison probante entre les pays européens, le nombre de policiers pour 1 000 habitants est un bon indice. Pour l'ensemble de l'Union Européenne, cet indice est de 3,2 pour l'Union à 28 ou de 3 pour sans le Royaume-Uni. Aux Etats-Unis, toujours selon le FBI, il est de 3,4.

En comparant les pays de l'UE, cet indice est le plus bas en Finlande avec 1,4 policier pour 1 000 habitants. A l'inverse, il est le plus élevé en à Chypre avec 5,7.

Sept pays ont un indice supérieur ou égal à 4, à savoir la Bulgarie, la Grèce, la Croatie, Malte, le Portugal, la Lettonie et l'Italie.

Avec 3,3 policiers pour 1 000 habitants, la France se situe juste au-dessus de la moyenne européenne. L'Hexagone n'est donc pas figure de parent pauvre. Ainsi, l'Allemagne, où la police est plus décentralisée qu'en France, est juste en dessous de la moyenne avec un indice de 3. Parmi les autres grands pays européens, il y a 3,6 policiers pour 1 000 habitants en Espagne.

Hors Union Européenne, au Royaume-Uni, cet indice est de 2,1 pour l'Angleterre et le pays de Galles, contre 3,2 pour l'Ecosse et 3,6 pour l'Irlande du Nord.

Enfin, l'étude d'Eurostat a également pris en compte d'autres pays du continent européen. Il apparaît que la Serbie, avec un indice de 6 et surtout le Monténégro se détache nettement avec 6,6 policiers pour 1 000 habitants.

Une confiance moyenne aux forces de l'ordre en France

Les Français sont-ils parmi les Européens qui ont le moins confiance en leurs forces de l'ordre ? L'institut de statistiques européen, Eurostat, a publié un rapport sur le sujet. Les données, même si elles datent de 2013, permettent de dresser un comparatif. Ainsi, au niveau de l'Union européenne, la note moyenne, sur 10, est de 5,9. La France se situe juste en dessous avec 5,6. C'est en Finlande, avec une note de 8,2, que la population a le plus confiance en sa police. A l'inverse, les Bulgares sont les Européens qui jugent le plus sévèrement leurs policiers.

Les habitants de l'Hexagone, selon cette même étude, sont encore plus critiques envers la justice, avec et surtout le système politique de leur pays, avec des notes de 4,5 et 3.