DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le difficile partage des mers européennes entre pêcheurs et éoliennes

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Le difficile partage des mers européennes entre pêcheurs et éoliennes
Tous droits réservés  ERIC HERCHAFT/AFP
Taille du texte Aa Aa

C'est une bataille politique qui se déroule loin des regards, à quelques dizaines de kilomètres des côtes européennes. Pour augmenter les capacités de production d'énergie propre de l’UE des éoliennes sortent des mers. Mais cet essor industriel ne fait pas le bonheur des pêcheurs.

Ces parcs sont souvent interdits d'accès ce qui réduit les zones de pêche comme en Mer du Nord où ce chevauchement géographique est très marqué. "Certainement le développement des éoliennes en mer nous prend beaucoup de place et ce n'est pas positif pour nous", explique Emiel Brouckaert, directeur de Rederscentrale, la centrale belge des armateurs.

Pour atteindre en 2050 la neutralité carbone, la Commission européenne table sur une production de 30% d'électricité grâce aux éoliennes en mer. Pour les pêcheurs c'est un partage de plus des eaux avec les navires de marchandises, de transport et les zones protégées. Selon les ONG c'est davantage une question d'effort commun. "La pêche est l'une des activités qui recherche de l'espace en mer et il y a de la place pour la pêche. Mais il y a désormais tellement d'activités en mer qu'il faut essayer de coordonner tout cela", souligne Sarah Vanden Eede, en charge des Océans pour le WWF Belgique.

CHRIS RADBURN/AP
Faire coexister la pêche et la production d'électricité propreCHRIS RADBURN/AP

Dans son rapport présenté mercredi, l'eurodéputé Peter van Dalen propose des pistes de travail pour permettre la coexistence entre pêcheurs et éoliennes. Le chrétien-démocrate évoque l’étude de turbines dans les zones maritimes protégées. "Ensuite nous devons étudier la possibilité de pêcher dans les parcs (éoliens) actuels. Je sais que c'est difficile, il y a de nombreuses questions dont des questions d'assurance quand vous pêchez près des éoliennes mais il faut étudier cette option", précise le parlementaire néerlandais.

Pour les ONG il n'est pas question de toucher à ces zones. En revanche elles insistent sur le rôle que peut jouer l'UE dans le développement de nouvelles solutions. "Il y a encore plein de technologies qui se développent, des technologies qui peuvent diminuer les impacts, qui peuvent aussi permettre de déplacer les projets par exemple plus loin en mer. Et là l'accompagnement des fonds européens peut vraiment apporter quelque chose de nouveau", insiste Alexandre Cornet en charge des Océans pour le WWF Europe. Les eaux européennes comptent 110 parcs éoliens soit 5 000 turbines.