DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L’UE sanctionne la Chine pour violation des droits fondamentaux

euronews_icons_loading
L’UE sanctionne la Chine pour violation des droits fondamentaux
Tous droits réservés  TOBIAS SCHWARZ/AFP
Taille du texte Aa Aa

L'Union européenne sanctionne la Chine sur la question des Droits de l'homme. Ces mesures sont les premières depuis les manifestations de la place Tiananmen en 1989. Les 27 ministres des Affaires étrangères gèlent ainsi les avoirs de quatre personnalités chinoises qui se retrouvent aussi sous le coup d'une interdiction de visa.

Ces mesures sont une réponse à la répression menée par Pékin contre les Ouïghours. Les 27 dénoncent le travail forcé, des actes de torture et des détentions arbitraires à l’encontre cette minorité musulmane.

Certains eurodéputés saluent cette annonce qu'ils présentent comme un premier pas. Cette décision "envoie un message très clair, l'UE n'est pas prête à accepter des violations des droits fondamentaux sans réagir", souligne la parlementaire Inma Rodriguez-Pinero (S&D). Cette position ne fait toutefois pas l'unanimité au sein des 27. La Hongrie ne partage pas cette ligne.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a très rapidement réagi. Il a annoncé des mesures de rétorsion contre 10 personnalités et quatre entités européennes.

Ces sanctions de l'UE sont possibles depuis la mise en place en décembre dernier d'un mécanisme qui permet aux Européens de punir les personnes impliquées dans des cas de violation des Droits de l'homme. Les 27 ministres des Affaires étrangères ont aussi adopté des mesures contre des responsables birmans, libyens, nord-coréens, sud-Soudanais ou encore russes.