DERNIERE MINUTE
Advertising
This content is not available in your region

Un élargissement de l’UE en deux temps pour Tirana et Skopje

euronews_icons_loading
Un élargissement de l’UE en deux temps pour Tirana et Skopje
Tous droits réservés  ROBERT ATANASOVSKI/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

C'était un tabou politique pendant des années. L'adhésion de l'Albanie et de la Macédoine du Nord à l'Union européenne était présentée comme un ticket commun. Mais aujourd'hui un découplage est envisagé alors que les deux pays ont avancé ensemble tout au long de la procédure.

Dans une interview accordée à Euronews, le Commissaire européen en charge de l'Elargissement estime que Tirana pourrait avoir seule le feu vert pour lancer les négociations. "Si nous n'arrivons pas à convaincre et la Bulgarie et la Macédoine du Nord à trouver une solution alors la question se posera de savoir on peut avancer uniquement sur le dossier albanais. Il faut considérer cette question", juge Olivér Várhelyi.

Les discussions avec la Macédoine du Nord sont bloquées par son voisin bulgare. Sofia a déjà posé l'année dernière son véto aux négociations d'adhésion pour cause de différends linguistiques et culturels. La Commission européenne estime que les deux pays candidats sont prêts pour entamer les discussions mais elle souligne que la décision est entre les mains des Etats membres. "Nous pensons que les deux pays remplissent les conditions. Bien sûr pour que cela se produise, le Conseil doit s'entendre sur le cadre des négociations", résume la porte-parole de la Commission Ana Pisonero.

Dans une déclaration transmise à Euronews, le Premier ministre de Macédoine du Nord estime que la candidature de son pays est "un test pour la crédibilité de l'Union européenne dans les Balkans occidentaux. Est-ce que l'UE tiendra ses promesses ?", s'interroge Zoran Zaev. Il se déplacera personnellement lundi à Bruxelles pour faire avancer cette question. La Macédoine du Nord a déjà fait des compromis politique avec la Grèce pour s’ouvrir la voie vers l’UE. Le pays a accepté il y a deux ans de changer de nom de pour sécuriser la candidature de Skopje et lever le véto d’Athènes.