DERNIERE MINUTE
euronews_icons_loading
Debonheur Koli dans son échoppe de manucure à Bangui (République centrafricaine)

En République centrafricaine, le secteur de la manucure et pédicure, jugé féminin en Occident, est aussi un métier pour les hommes. Exemple avec Debonheur Koli qui tient une petite échoppe dans la capitale Bangui.

Son salaire varie chaque jour : de 2.000 francs pour les mauvaises journées à plus de 20.000 les jours de fête ou le week-end, soit entre 3 et 30 euros.