DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Attentats près de l'aéroport de Kaboul : les occidentaux vont continuer les évacuations

Access to the comments Discussion
Par Louise Brosolo avec AFP, Reuters
euronews_icons_loading
Cette photo prise le 26 août 2021 montre des personnes embarquant dans un avion militaire français à l'aéroport de Kaboul
Cette photo prise le 26 août 2021 montre des personnes embarquant dans un avion militaire français à l'aéroport de Kaboul   -   Tous droits réservés  État-major des Armées /AP
Taille du texte Aa Aa

Après le double attentat meurtrier qui a frappé jeudi 26 août, les abords de l'aéroport de Kaboul, les réactions internationales ne se sont pas fait attendre. Malgré la panique causée par les explosions, certains pays se disent prêts à poursuivre leurs évacuations d'Afghanistan jusqu'au 31 août.

La chef de la diplomatie européenne a condamné des " attaques lâches et inhumaines".
"Je condamne fermement les attaques lâches et inhumaines contre l'aéroport de Kaboul", a t-elle écrit sur twitter. "Il est essentiel de tout faire pour assurer la sécurité des personnes à l'aéroport. La communauté internationale doit travailler en étroite collaboration pour éviter une résurgence du terrorisme en Afghanistan et au-delà."

La chancelière allemande a immédiatement dénoncé un acte "ignoble".

"Nous n'avons pas encore tous les détails", a déclaré Angela Merkel lors d'une conférence de presse peu après les explosions, "mais nous savons que les terroristes ont visé des personnes qui attendaient devant les portes de l'aéroport dans l'espoir de partir. Ces gens cherchaient la sécurité et la liberté. C'est une attaque absolument ignoble dans une situation déjà très, très tendue. Je pense aux victimes et leurs familles."

La "priorité reste d'évacuer"

Condamnation aussi du secrétaire général de l'Otan, qui a souligné que la priorité restait les évacuations.

"Je condamne fermement l'horrible attaque terroriste à l'extérieur de l'aéroport de Kaboul", a écrit Jens Stoltenberg surTwitter. "Mes pensées vont à tous ceux qui sont touchés et qui aiment les leurs. Notre priorité reste d'évacuer le plus de personnes en lieu sûr le plus rapidement possible."

Soulignant que la situation restait "très risquée" à l'aéroport, le président Emmanuel Macron a annoncé que la France allait encore évacuer "plusieurs centaines d'Afghans".

Menace terroriste "élevée"

Les renseignements américains et les britanniques avaient prévenu d'une menace élevée d'attaque terroriste peu avant les explosions abords de la porte Abbey Gate de l'aéroport de Kaboul.

"Nous savions que ce serait un moment où nous serions plus vulnérables aux attaques terroristes opportunistes", a déclaré le Premier ministre britannique, Boris Johnson. "Ce sont des attaques méprisables que nous condamnons mais je crains que nous devions nous y préparer. Cela ne va pas interrompre notre progression. Nous allons poursuivre les évacuations."

De leur côté, les talibans, par la voix de leur porte parole, ont eux aussi "fermement" condamné l'attaque.

"L'Émirat islamique condamne fermement le bombardement de civils à l'aéroport de Kaboul, qui a eu lieu dans une zone où les forces américaines sont responsables de la sécurité." a écrit sur Twitter, le porte parole des talibans Zabihullah Mujahid.

Sans donner de coupables, alors que les États-Unis pointent du doigt le groupe Etat Islamique, leur rival, les talibans ont annoncé que les responsables seraient arrêtés.