This content is not available in your region

Covid-19 : les pays où la bataille fait rage, un espoir sur le front des traitements

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Urgences de l'Hôpital universitaire de Bucarest, 22 octobre 2021
Urgences de l'Hôpital universitaire de Bucarest, 22 octobre 2021   -   Tous droits réservés  Vadim Ghirda/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.

La Bulgarie et la Roumanie ont le plus faible taux de vaccination de l'Union européenne, freiné par la diffusion de théories complotistes et la méfiance des populations envers les autorités.

Alors pour inciter la population à se faire vacciner et surtout freiner la quatrième et la plus forte vague de contamination depuis le début de l'épidémie de Covid-19, les autorités roumaines ont déployé l'arsenal sanitaire : port du masque obligatoire sur tout le territoire cette fois-ci, Pass sanitaire dans les restaurants, centres commerciaux, salles de sport etc, et couvre-feu à 22h pour les non-vaccinés.

Et ça marche, le gouvernement roumain a annoncé vendredi que 130 000 personnes s'étaient rendues dans un centre de vaccination au cours des 24 dernières heures, dont un record de 86 000 personnes recevant leur première injection.

La Roumanie, pays de 19 millions d'habitants, a enregistré 1,5 millions de cas, avec 15 000 nouvelles contaminations recensées samedi.

La Bulgarie avait déjà ce type de mesure en place, elle compte les renforcer, augmenter les contrôles et surtout envoyer des malades du Covid-19 se soigner à l'étranger car son système hospitalier est submergé. Seulement 24 % de la population est vaccinée.

Le ministre de la Santé Stoycho Katsarov a prévenu sur la chaîne Nova TV que si la courbe des contaminations ne se réduisait pas d'ici 10 à 15 jours, il y aurait "d'énormes problèmes".

"Notre capacité en terme d'effectifs et de ventilateurs est presque épuisée, nous allons devoir chercher de l'aide à l'étranger", a-t-il alerté.

_"Des discussions sont en cours avec l'UE pour transférer des patients dans d'autres pays, si on devait en arriver là". _Le ministre a ajouté qu'un nouveau confinement n'était pas exclu.

Résultat, les centres de vaccination bulgares ont eux aussi signalé une hausse de fréquentation après la mise en place du Pass sanitaire annoncé jeudi, avec trois fois plus de personnes recevant l'injection vendredi par rapport à la semaine précédente.

Traitement anti-covid-19

Mais sur le front des traitements contre le Covid-19, il y a peut-être une bonne nouvelle en perspective. L'Agence européenne des médicaments a lancé l'examen accéléré de la pilule contre le Covid-19 du laboratoire américain Merck, un remède facile à administrer appelé à devenir un outil crucial dans la lutte contre la pandémie, car complémentaire des vaccins.

"Le comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'EMA a lancé un examen continu du médicament antiviral oral molnupiravir (...) développé par Merck (...) pour le traitement du Covid-19 chez les adultes", ce qui permet d'accélérer la procédure, a déclaré dans un communiqué le régulateur européen installé à Amsterdam.

Les antiviraux comme le molnupiravir agissent en diminuant la capacité d'un virus à se répliquer, freinant ainsi la maladie. Donné à des patients dans les quelques jours suivant un test positif, le traitement réduit par deux les risques d'hospitalisation, selon un essai clinique mené par Merck.

La Chine se barricade

Et puis en Asie, les autorités chinoises, qui pratiquent une politique de "tolérance zéro" à l'égard du virus, multiplient les campagnes de troisième dose de vaccin et le confinement des populations de certaines villes ou quartier, interdisent les déplacements interrégionaux. Le pays a fait état hier de 39 nouveaux cas de Covid. Des chiffres qui paraissent dérisoires comparés à d'autres parties du monde, mais qui pousse Pékin à redoubler de vigilance à l'approche des JO d'hiver du 4 au 20 février 2022.

Le régime du président Xi Jinping est déterminé à réussir l'organisation des Jeux sans laisser le virus débarquer à Pékin. Mais la capitale elle-même compte près d'une quinzaine de cas depuis une semaine.

Résultat, le marathon de Pékin a été reporté sine die "de manière à prévenir le risque de transmission épidémique", selon les organisateurs. Quelque 30 000 coureurs devaient y prendre part dimanche prochain.

Sources additionnelles • AP, AFP