This content is not available in your region

Covid-19 : comment un laboratoire de Johannesburg a découvert le variant Omicron

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Covid-19 : comment un laboratoire de Johannesburg a découvert le variant Omicron
Tous droits réservés  AFP

C'est dans un laboratoire de Johannesburg qu'a été détecté pour la première fois le désormais célèbre variant Omicron. 18 000 tests PCR sont analysés chaque jour ici. Il y a un mois, les scientifiques se rendus compte que quelque chose était différent parmi les résultats positifs des tests PCR.  Un des trois gènes, habituellement ciblé, n'était plus détecté.

"Nous n'étions pas tout à fait sûrs de ce que c'était, s'il s'agissait du variant Alpha ou d'un autre. Nous avons donc mis de côté certains de ces échantillons et nous les avons séquencés, ici à Johannesburg, dans les laboratoires Lancet. Et ces séquences nous ont montré qu'il ne s'agissait pas d'Alpha, mais d'un virus complètement différent. À l'époque, il n'avait pas de nom", raconte Eftyxia Vardas, responsable du département de virologie dans l'une des plus grandes structures des laboratoires privés Lancet.

Alors que l'Afrique du sud connaît un pic de contaminations, la virologue envoie les échantillons et les résultats aux autorités sanitaires. Ils identifient cette nouvelle forme de Covid-19 présentant un nombre inhabituel de mutations et de nombreuses inconnues.

"Nous avons vu très clairement que le variant Delta a été écarté par Omicron en l'espace de deux semaines. Et c'est très rapide. Donc on n'est pas sûrs de ce qui s'est passé. Est-ce qu'Omicron est plus dangereux, plus contagieux ? Ou est ce que c'est parce que les gens ont laissé tomber les gestes barrières et l'ont propagé au sein de certains groupes, ce qui peut aussi arriver... " s'interroge-t-elle.

Le 25 novembre, le pays annonce officiellement la détection du nouveau variant. L'alerte est donnée dans le monde, déclenchant un vent de panique. Une nouvelle page de la pandémie s'ouvre deux ans après l'apparition du coronavirus en Chine.