This content is not available in your region

La Tour Eiffel en bleu pour célébrer le début de la présidence française du Conseil de l'UE

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
La Tour Eiffel en bleu pour célébrer le début de la présidence française du Conseil de l'UE
Tous droits réservés  JULIEN DE ROSA/AFP

La Tour Eiffel, les façades de l'Élysée, du Louvre et de l'opéra Garnier se sont illuminées en bleu : la couleur de l'Union européenne.

La France a pris samedi pour six mois la présidence tournante de l'Union européenne avec un programme ambitieux, une Europe "puissante" et "souveraine", qui risque toutefois d'être bousculé par la nouvelle flambée de Covid-19 et la présidentielle d'avril.

Le 1er janvier, la France a pris le relais de la Slovénie, qui présidait le Conseil de l'UE depuis le 1er juillet, et cédera son tour au second semestre à la République tchèque.

Le Conseil de l'UE représente les intérêts des 27 Etats-membres face à la Commission et au Parlement européens. La présidence semestrielle convoque les réunions des ministres, fixe l'agenda et conduit les négociations.

Un programme ambitieux

La France s'est fixé trois chantiers prioritaires pour sa présidence : l'instauration de salaires minimum dans toute l'UE, la régulation des géants du numérique et la création d'une taxe carbone sur les produits importés en Europe en fonction de leur impact environnemental.

"Alors à partir de minuit, la France prendra la Présidence de l’Union européenne et vous pouvez compter sur mon engagement total pour faire de ce moment, qui ne survient qu’une fois tous les 13 ans, un temps de progrès pour vous. Un temps de progrès pour la maîtrise de nos frontières, notre défense, la transition climatique, l’égalité entre les femmes et les hommes, la construction d’une alliance nouvelle avec le continent africain, le meilleur encadrement des grandes plateformes de l’internet, et la culture en Europe", a dit Emmanuel Macron, lors de son allocution.

Emmanuel Macron prône également une réforme de l'espace Schengen afin de mieux "protéger les frontières" européennes face aux crises migratoires, un sujet qui sera au cœur de la campagne présidentielle française.

Le président français entend aussi mettre sur la table une révision des règles budgétaires, les fameux critères de Maastricht qui encadrent les déficits européens afin de pouvoir financer plus d'investissements européens et de croissance. Et continuer à faire avancer l'Europe de la défense, malgré les réticences de certains partenaires, soucieux avant tout de la protection de l'Otan.

Les élections présidentielles d'avril et législatives de juin en France pourraient toutefois considérablement impacter la présidence française du Conseil de l'UE.

Polémiques autour du drapeau de l'UE

En plus des illuminations, l'installation du drapeau européen sous l'Arc de Triomphe à Paris a aussi déclenché une polémique.

Les candidats d'extrême droite à la présidentielle, Marine Le Pen et Eric Zemmour, se sont dits "outrés" que le drapeau français ait été remplacé par celui de l'UE "au-dessus de la tombe du soldat inconnu".

"Le drapeau français sera évidemment réinstallé", a répliqué le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Clément Beaune, en dénonçant des "polémiques stériles".