This content is not available in your region

Covid-19 : face à Omicron, l'isolement raccourci pour éviter la paralysie économique

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Covid-19 : face à Omicron, l'isolement raccourci pour éviter la paralysie économique
Tous droits réservés  AP Photo

Face à la déferlante Omicron, de plus en plus de pays allègent les règles d'isolement pour éviter la paralysie de l'activité économique. C'est le cas en France. A compter de ce lundi, les personnes positives au Covid-19 et vaccinées devront s'isoler sept jours au lieu de dix. En cas de test de dépistage négatif, la durée est même ramenée à cinq jours. Et, il n'y aura plus de quarantaine pour les cas contact complètement vaccinés.

En outre, les députés débutent l'examen du projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal. Son adoption ne fait guère de doute et il devrait entrer en vigueur dés le 15 janvier. A cette date, un test négatif ne suffira plus pour les non-vaccinés de plus de 12 ans, s'ils veulent accéder aux activités de loisirs et autres restaurants.

L'Angleterre enregistre aussi chaque jour des records de contaminations. A partir du secondaire, les élèves devront de nouveau porter le masque en classe. Mercredi, le gouvernement pourrait annoncer de nouvelles mesures pour tenter de ralentir la propagation du virus et limiter au maximum le nombre d'hospitalisation. Par ailleurs, avant Noël, la période d'isolement pour les personnes vaccinées et positives au Covid avait comme en France été ramené de dix à sept jours.

En Russie, les autorités de Saint-Pétersbourg ont renforcé les mesures de prévention. L'accès à tous les restaurants, les bars, et plus généralement les lieux publics est désormais soumis à l'obligation d'un test PCR négatif ou d'un QR code prouvant la vaccination.

Enfin prudence renforcée aussi en Grèce, où depuis la fin d'année, les bars et restaurants doivent fermer leurs portes à minuit.

L'Europe reste donc l'épicentre actuel de la pandémie. Malgré des niveaux de contaminations inédits, le nombre de décès n'a pas augmenté. Et les scientifiques s'accordent de plus en plus sur le fait que le variant Omicron inflige moins de dégâts aux poumons des personnes infectées.