This content is not available in your region

Des milliers d'Ukrainiens ont quitté leur patrie en moins de 48 heures

Access to the comments Discussion
Par Camille Pauvarel  & Laetitia Lago
euronews_icons_loading
Des milliers d'Ukrainiens ont quitté leur patrie en moins de 48 heures
Tous droits réservés  AFP

Alors que les combats dans leur pays font rage, des milliers d'Ukrainiens affluent vers les territoires voisins. Selon l'agence onusienne pour les réfugiés, depuis mercredi, 50 000 personnes ont fui.

L'invasion russe déclenchée jeudi à l'aube a jeté sur les routes des dizaines de milliers d'Ukraniens, qui arrivent aux frontières de l'UE, en Moldavie, Pologne mais également en Hongrie et Roumanie.

Ici, ils patientent jour et nuit dans une file d'attente d'au moins 20 kilomètres qui relie le district de Mostiska à l'ouest du pays à la Pologne. Nous sommes ici depuis un long moment, peut-être six ou sept heures déjà, c'est fou. C'est un embouteillage fou, je ne sais pas comment quitter mon pays natal. En fait, je ne veux pas quitter mon pays, mais à cause des envahisseurs, je dois le quitter le plus vite possible, souligne Tamara Kulman une réfugiée.

Le haut-commissaire des Nations Unies a salué la Pologne et la Moldavie pour avoir déjà accueilli respectivement 30 000 et 20 000 personnes. Parmi ceux qui parviennent à atteindre ces pays, beaucoup n'ont pas de lieu de chute ni même de véhicule. Volontaires et organisations humanitaires tentent donc de leur venir en aide.

"Nous avons déjà organisé un réseau de personnes qui seront prêtes à aider pour le logement, l'emploi, le transport. Et à l'heure actuelle, nous avons trouvé des logements pour environ 12 familles explique Wiktoria Magnuszewska, une interne.

Ceux qui traversent la frontière aujourd'hui quittent leur terre sans savoir quand ils pourront revenir la revoir.

Ils sont nombreux à espérer que l'exil ne sera que temporaire. Des milliers d'Ukrainiens tentant de fuir les combats sont bloqués sur les routes. Les combats ont déjà fait au moins 137 morts et 316 blessés côté ukrainien, selon M. Zelensky.

La France a proposé d'accueillir des réfugiés ukrainiens.Cette annonce d'Emmanuel Macron vendredi, relayée par des maires de villes de gauche, a été saluée par les associations d'aide aux migrants même si elles jugent qu'il est trop tôt pour évaluer les besoins.