This content is not available in your region

La capitale ukrainienne sur le qui-vive : le maire de Kyiv déconseille aux habitants de rentrer

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
AP Photo
AP Photo   -   Tous droits réservés  أ ب

Les civils qui sont restés ou rentrés à Kiev retrouvent une vie qui ressemble un peu à celle d'avant l'invasion de leur pays par la Russie.

Les Russes bombardent régulièrement la périphérie de la capitale ukrainienne où les spectacles pour enfants rouvrent, malgré tout, leurs portes.

Le maire de Kiev Vitaly Klitschko a répondu aux questions d'Euronews Bulgarie

Anastaia Dimitrova, Euronews Bulgarie : Quel est la situation à Kiev aujourd'hui, c'est le retour à la vie normale ?

Il y a aussi beaucoup de mines et d'engins explosifs
Vitali Klitschko
maire de Kiev

Vitali Klitschko, maire de Kiev : "Oui, lentement, nous revenons à une vie normale, si on peut l'appeler ainsi. De plus en plus de gens rentrent chez eux. Être invité, c'est bien, mais être chez soi, c'est mieux. Malgré les bombardements qui continuent, de plus en plus de gens décident de rentrer chez eux. Mais en tant que maire de cette ville, j'ai l'obligation de conseiller à nos concitoyens de ne pas risquer leurs vies et ne pas se presser de revenir à Kiev. Le couvre-feu est toujours en vigueur ici, il y a encore de nombreux check-points dans et autour de la ville. Il y a aussi beaucoup de mines et d'engins explosifs. C'est tragique, presque tous les jours des gens font sans le vouloir exploser des obus ou des mines restés là après les bombardements."

Anastaia Dimitrova, Bulgarie : Vous-vous attendez à une nouvelle attaque d'ampleur sur Kiev ?

Vitali Klitschko, maire de Kiev : "Nous n'excluons pas une telle attaque. Ce n'est pas un secret que Kiev a toujours été l'une des cibles de l'agresseur. La capture de Kiev a toujours été l'une des tâches les plus importantes pour l'armée russe. Les agresseurs russes n'y sont pas parvenus lors de la première attaque, mais ils n'ont pas renoncé à leur objectif. Nous n'excluons pas qu'ils aient à nouveau la volonté de capturer la capitale ukrainienne."