This content is not available in your region

La Russie accentue son offensive sur l'usine Azovstal de Marioupol

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
L'usine Azovstal de Marioupol
L'usine Azovstal de Marioupol   -   Tous droits réservés  AP/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

La Russie intensifie son offensive sur l'usine Azovstal de Marioupol, la dernière poche de résistance de l'armée ukrainienne dans cette ville stratégique de l'Est.

Le sort des civils préoccupant

Pour la première fois, des blindés et l'infanterie russe sont entrés en action pour tenter de prendre ce gigantesque complexe sidérurgique que les forces russes pilonnaient jusqu'à présent essentiellement par avion ou depuis la mer.

Objectif de Moscou : déloger les militaires ukrainiens du régiment Azov retranchés dans les galeries souterraines de cette vaste aciérie, où se sont réfugiés également de nombreux civils.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky accuse la Russie d'entraver les opérations d’évacuation qui ont débuté le week-end denier :

“Nous continuons à faire un certain nombre de propositions pour évacuer a population. Quand la Russie ne nous a pas bloqués, nous avons évacué beaucoup de personnes de Marioupol. Tout dépend de la partie russe. Vous voyez que même l'ONU s'implique, mais c'est toujours un processus très compliqué. Pourquoi ? Parce qu'il n'y a pas de confiance dans la Fédération de Russie."

Entretien téléphonique Macron-Poutine

A Kyiv, des proches des militaires ukrainiens retranchés dans l'usine Azovstal se sont rassemblés pour demander l'aide de la communauté internationale. "Sauvons les héros de Marioupol", pouvait-on lire notamment sur les pancartes, ainsi que des larmes sur les visages.

Par ailleurs, le président français a eu un entretien téléphonique de plus de deux heures ce mardi avec Vladimir Poutine. Emmanuel Macron a demandé à son homologue russe de "permettre la poursuite des évacuations en coordination avec les acteurs humanitaires et en laissant le choix aux évacués de leur destination."

Les deux dirigeants ne se sont plus rencontrés physiquement depuis le 7 février, c'était avant le début de la guerre en Ukraine.