PartyGate : Boris Johnson visé par une motion de défiance du parlement britannique

Boris Johnson, dans les tribunes pour assister aux parades du Jubilée de la reine Elizabeth, samedi 7 juin 2022
Boris Johnson, dans les tribunes pour assister aux parades du Jubilée de la reine Elizabeth, samedi 7 juin 2022 Tous droits réservés Chris Jackson/Pool Photo via AP
Tous droits réservés Chris Jackson/Pool Photo via AP
Par Euronews avec Afp
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le vote de confiance aura lieu entre 18 et 20 heures ce soir, a annoncé le président du groupe conservateur à la chambre des communes britanniques. S'il est en la défaveur de Boris Johnson, il devra céder sa place.

PUBLICITÉ

Le "PartyGate" peine à se faire oublier. Le Premier ministre britannique Boris Johnson sera soumis ce lundi soir à une motion de défiance par la Chambre des communes, a annoncé le président du comité conservateur, Graham Brady. "Bojo" est critiqué pour sa participation à des soirées arrosées dans les jardins de Downing Street, pendant la pandémie de Covid-19.

S'il n'obtient pas la confiance du Parlement, soit la majorité absolue des votes, la recherche d'un successeur sera lancée au sein des "Tories", le parti conservateur britannique. En revanche, si les élus affirment leur soutien au Premier ministre, il sera à l'abri de toute motion de défiance pendant un an.

Le parlementaire et ex-ministre conservateur Jesse Norman a partagé une lettre sur son compte Twitter expliquant pourquoi il souhaite une motion de défiance contre Boris Johnson.

Une cote de popularité au plus bas

L'affaire a été ravivée par la publication d'une enquête interne accablante jeudi 25 mai par la haute fonctionnaire Sue Gray. La popularité du Premier ministre est au plus bas. Il a été hué à son arrivée aux célébrations du Jubilé de la reine Elizabeth II. 

D'après un sondage YouGov réalisé le lendemain de la publication du rapport, trois britanniques sur cinq estiment qu'il devrait démissionner.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La fausse annonce de la mort de Charles III

Tribune : "Ce projet de loi sur le Rwanda est cruel et inhumain"

Le prince William appelle à la cessation des combats à Gaza dès que possible