This content is not available in your region

Avortement : une adolescente poursuivie au Nebraska sur la base de messages Facebook

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AP
Archives - Des manifestants pro-avortement devant le Capitole de l'État du Nebraska, le 4 juillet 2022.
Archives - Des manifestants pro-avortement devant le Capitole de l'État du Nebraska, le 4 juillet 2022.   -   Tous droits réservés  Kenneth Ferriera/Lincoln Journal Star

C'est une première au Nebraska, Etat républicain du centre des Etats-Unis. Une femme de 41 ans est accusée d'avoir aidé sa fille adolescente à mettre fin à sa grossesse à environ 24 semaines. Pour pouvoir procéder à l'interpellation des deux femmes, les enquêteurs ont obtenu des conversations privées Facebook dans lesquels elles discutaient de l'utilisation de médicaments pour provoquer l'avortement.

Le procureur chargé de l'affaire a déclaré que c'était la première fois qu'il inculpait quelqu'un pour avoir pratiqué illégalement un avortement après 20 semaines de grossesse, une conséquence directe de la révocation du droit fédéral à l'interruption volontaire de grossesse prise le 24 juin dernier.

Dans l'un des messages Facebook, Jessica Burgess, 41 ans, dit à sa fille Céleste de 17 ans qu'elle s'est procuré des pilules abortives pour elle et lui donne des instructions sur la façon de les prendre pour mettre fin à la grossesse. La fille, quant à elle, "parle de l'impatience qu'elle éprouve à sortir cette "chose" de son corps", écrit un détective dans les documents judiciaires. Les forces de l'ordre ont obtenu les messages grâce à un mandat de perquisition, et ont détaillé certains d'entre eux dans des documents judiciaires.

#DeleteFacebook

L'affaire avait démarré fin avril, lorsque la police de Norfolk avait reçu une information sur la fausse-couche de la jeune femme. La mère et la fille avaient alors été inculpées pour avoir "enlevé, dissimulé ou abandonné un corps", celui du fœtus retrouvé brûlé et enterré. Ce n'est qu'un mois plus tard, après avoir examiné les messages privés sur Facebook, que les enquêteurs ont ajouté les charges liées à l'avortement contre la mère. La fille, qui a maintenant 18 ans, est accusée en tant qu'adulte à la demande des procureurs.

L'affaire fait scandale outre-atlantique, et de nombreuses personnes appellent les internautes, notamment les femmes, à supprimer définitivement leur compte Facebook, via le hashtag #DeleteFacebook. 

Andy Stone, porte-parole de Facebook, a défendu la façon dont l'entreprise avait traité la demande d'information des autorités dans cette affaire : "Rien dans les mandats valides que nous avons reçus des forces de l'ordre locales début juin, avant la décision de la Cour suprême, ne mentionnait l'avortement", a-t-il déclaré. "Les mandats concernaient des charges liées à une enquête criminelle et les documents judiciaires indiquent que la police enquêtait à l'époque sur le cas d'un bébé mort-né qui a été brûlé et enterré, et non sur une décision d'avorter."

Facebook a déclaré que les responsables du géant des médias sociaux "examinent toujours minutieusement chaque demande gouvernementale que nous recevons pour s'assurer qu'elle est légalement valide."