Les secouristes et hôpitaux syriens débordés par les victimes du séisme

Des secouristes portent une victime du tremblement de terre alors qu'ils fouillent les décombres des bâtiments effondrés à Hama, Syrie, le 6 février 2023.
Des secouristes portent une victime du tremblement de terre alors qu'ils fouillent les décombres des bâtiments effondrés à Hama, Syrie, le 6 février 2023. Tous droits réservés Omar Sanadik/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Dans la nuit du 5 au 6 février, un tremblement de terre a secoué le sud de la Turquie et le nord de la Syrie. Dans ce pays, le ministère de la Santé et les secouristes des zones rebelles ont rapporté plus de 2 200 blessés, un bilan qui n'est pas terminé.

PUBLICITÉ

Une course contre la montre est engagée pour secourir les victimes du séisme mortel de magnitude 7,8 et ses répliques qui ont secoué le nord de la Syrie et le sud de la Turquie voisine jusqu'à lundi matin.

Les secouristes sont à pied d'œuvre pour tenter de dégager les personnes ensevelies sous les décombres. L'organisation de protection civile des casques blancs syriens a expliqué sur le réseau social Twitter la difficulté de ce travail étant donné l'importance des destructions et la nécessité d'utiliser des machines lourdes pour déplacer les débris.

Rien qu'en Syrie, le bilan provisoire dépasse à cette heure, les 783 morts et plus de 2 280 blessés.

Dans le nord-ouest de la Syrie, Osama Abdelhamid, sa femme et leur quatre enfants ont été transférés dans l'hôpital de Darkouch après l'effondrement de leur immeuble. Ils ont tous des blessures à la tête et sont très marqués par l'événement survenu en pleine nuit :   "Dieu merci, nous sommes arrivés à cet endroit où nous avons reçu les premiers soins ; C'est le destin de Dieu ; Le bâtiment était un bloc de 4 étages. Personne n'a survécu aux trois étages. Je suis un survivant, grâce à Dieu.", témoigne Osama Abdelhamid avec beaucoup d'émotion.

L'hôpital Al-Rahma se trouve dans une zone contrôlée par le rebelles anti-régime. La population syrienne est déjà très affectée par des années de guerre. Des combats qui ont fragilisés de nombreuses infrastructures. Comme la Turquie, la Syrie a demandé de l’aide internationale.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Séismes en Turquie et en Syrie : plus de 5 000 morts, des milliers d'autres redoutés

Turquie : des tentes pour les sinistrés du séisme dans le nord-ouest

Au moins deux civils tués par des frappes russes dans le nord-ouest de la Syrie