PUBLICITÉ

La Bulgarie ne livrera pas d'armes à l'Ukraine

Le président bulgare, Roumen Radev.
Le président bulgare, Roumen Radev. Tous droits réservés Virginia Mayo/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Virginia Mayo/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par euronews avec Agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Sofia affirme qu’elle ne livrera pas de munitions à Kyiv, tandis que le Japon confirme une nouvelle aide financière pour l'Ukraine.

PUBLICITÉ

L’Ukraine a particulièrement besoin de munitions de type soviétique que seule la Bulgarie, l’un des plus grands producteurs européens, peut lui fournir. Sofia l’a déjà fait, mais elle ne réitérera pas. Le président bulgare l’a redit ce mardi et a précisé que son pays n’adhérait pas au plan de deux milliards d’euros débloqués par l’Union européenne pour livrer des munitions à Kyiv.

"La Bulgarie ne soutient pas et ne fait pas partie de ce plan d’achats communs pour la fourniture de munitions à l'Ukraine. La Bulgarie soutiendra les efforts diplomatiques européens pour rétablir la paix. Tant que le gouvernement intérimaire sera en place, la Bulgarie ne fournira à l'Ukraine ni avions de chasse, ni systèmes de missiles antiaériens, ni chars et véhicules blindés de transport de troupes", affirmé le président bulgare, Roumen Radev.

Les dirigeants ukrainiens ont toutefois reçu un coup de pouce diplomatique de la part d'un puissant allié. En visite en Ukraine, le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, a réitéré le soutien de Tokyo à Kyiv. 

En février dernier, le Japon avait déjà annoncé une nouvelle aide de plus de cinq milliards d’euros pour l'Ukraine. Il avait aussi envoyé des équipements défensifs et proposé d'accueillir des réfugiés ukrainiens.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les mines russes, armes de destruction massive de l'agriculture ukrainienne

Les agriculteurs bulgares font pression pour interdire les importations de céréales ukrainiennes

Nicola Procaccini : "La prochaine Commission sera de centre-droit"