Ukraine : six civils tués à Kostiantynivka, Zelensky dénonce les "terroristes russes"

Un habitant à Kostyantynivka (2/04/23)
Un habitant à Kostyantynivka (2/04/23) Tous droits réservés Genya SAVILOV/AFP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une "attaque massive" de missiles russes a fait dimanche six morts dans des quartiers d'habitation de Kostiantynivka, près de Bakhmout, dans l'est de l'Ukraine.

PUBLICITÉ

Une "attaque massive" de missiles russes a fait dimanche six morts dans des quartiers d'habitation de Kostiantynivka, près de Bakhmout, dans l'est de l'Ukraine, dont le président Volodymyr Zelensky a salué la résistance face à "la plus grande force contre l'humanité de notre temps".

Le chef de l'Etat s'exprimait à l'occasion de la découverte il y a un an de corps de civils tués à Boutcha, une ville près de Kiev devenue un symbole des atrocités commises par les Russes. Ces derniers ont quant à eux démenti à plusieurs reprises toute implication, évoquant une "mise en scène" des Ukrainiens et de leurs alliés.

Cet anniversaire macabre est intervenu au lendemain de la prise par la Russie de la présidence tournante du Conseil de sécurité de l'ONU, où elle fait face aux Occidentaux qui l'ont mise au ban des nations après le déclenchement de l'invasion de l'Ukraine.

A Bakhmout, la situation "toujours très tendue"

Sur le terrain, des affrontements acharnés se poursuivent autour de Bakhmout qui est depuis des mois à l'épicentre des combats.

La situation dans la région "est toujours très tendue", a souligné dimanche la vice-ministre ukrainienne de la Défense Ganna Maliar. "L'ennemi essaie d'engager non seulement les combattants de Wagner mais aussi des unités de parachutistes professionnels. Des pertes en hommes excessivement élevées n'arrêtent pas l'ennemi", a-t-elle ajouté.

La Russie "continue de concentrer le gros de ses efforts sur la conduite d'actions offensives dans les secteurs de Lyman, Bakhmout, Avdiïvka et Mariïnka", a relevé dans la soirée l'état-major de l'armée ukrainienne, assurant que "de nombreuses attaques ennemies" contre Bakhmout ont été repoussées dimanche.

Six civils tués à Kostiantynivka

Le même jour, à environ 27 km de cette cité en ruines, à Kostiantynivka, un bombardement russe a fait six morts, trois hommes et trois femmes, et onze blessés, ont annoncé les autorités ukrainiennes.

Ce sont "juste des quartiers d'habitation", "des civils ordinaires d'une ville ordinaire du Donbass" qui ont été visés, a réagi le président Volodymyr Zelensky.

Des journalistes de l'AFP y ont vu un vaste cratère dans une cour et des fenêtres brisées du rez-de-chaussée aux étages supérieurs dans deux bâtiments de 14 étages, tandis que les toits de maisons voisines étaient fracassés.

La police a affirmé que la Russie avait procédé dans la matinée à une "attaque massive", soit six frappes de missiles S-300 et Ouragan

"Seize immeubles d'habitation, huit résidences privées, un jardin d'enfants, un bâtiment administratif, trois voitures et un gazoduc", ont au total été touchés, a-t-elle souligné.

Lilia, une étudiante en psychologie de 19 ans rencontrée devant son immeuble fortement endommagé, des éclats de verre tombant encore des fenêtres pendant qu'elle parlait, s'est dite "choquée".

Des tirs de mortier ont par ailleurs fait deux morts dans la région de Soumy (nord-est), a déploré Volodymyr Zelensky.

"Ce ne sont là que quelques exemples des dizaines de bombardements chaque jour. Il n'y a qu'un seul moyen d'arrêter le terrorisme russe et de rétablir la sécurité dans toutes nos villes et communautés (...). Et cette voie est une victoire militaire de l'Ukraine", a-t-il poursuivi. "Un jour viendra où nous dirons : le dernier occupant a fui ou a été tué (...) L'Ukraine reprendra tout ce qui lui appartient", a conclu le chef de l'Etat.

"Peuple Ukrainien ! Vous avez arrêté la plus grande force contre l'humanité de notre temps. Vous avez arrêté une force qui méprise et veut détruire tout ce qui a de l'importance pour les gens", s'était quelques heures plus tôt exclamé M. Zelensky sur Telegram, un an après la découverte de nombreux cadavres à Boutcha à l'issue du retrait des militaires russes.

Un blogueur militaire russe tué à Saint-Pétersbourg

Ce même dimanche, en Russie, un blogueur militaire russe connu, Vladlen Tatarskiï, fervent défenseur de l'offensive militaire en Ukraine, a été tué par "un engin explosif" dans un café de Saint-Pétersbourg. Vingt-cinq personnes ont été blessées.

"Les journalistes russes ressentent constamment la menace de représailles du régime de Kiev", a peu après lancé le ministère russe des Affaires étrangères, assurant que Vladlen Tatarskiï était "dangereux" pour l'Ukraine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : le groupe russe Wagner revendique la prise de la mairie de Bakhmout

Ukraine : renforcer la sécurité énergétique face aux frappes russes

L'Ukraine visée par "plus de 40 missiles" en une nuit