EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

The Cube : une présentatrice TV générée par l'intelligence artificielle au Koweït

The Cube, par Sophia Khatsenkova.
The Cube, par Sophia Khatsenkova. Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

The Cube : Un média du Koweït lance sa première présentatrice virtuelle de journaux télévisés utilisant l'intelligence artificielle (IA).

PUBLICITÉ

Un média du Koweït lance sa première présentatrice virtuelle de journaux télévisés utilisant l'intelligence artificielle (IA).

Baptisée "Fedha", la présentatrice IA a fait ses débuts sur le compte Twitter de Kuwait News.

Le rédacteur en chef adjoint de Kuwait News a déclaré à l'AFP que cette initiative permettait de tester le potentiel de l'IA à offrir un "contenu nouveau et innovant" et que la présentatrice virtuelle pourrait être utilisée pour présenter des bulletins d'information.

Selon lui, les cheveux blonds et les yeux clairs de la présentatrice reflètent la diversité de la population du pays, composée de Koweïtiens et d'expatriés.

La vidéo a suscité un flot de réactions sur les réseaux sociaux, y compris de la part de journalistes, certains saluant l'innovation, d'autres exprimant leur inquiétude quant à l'éthique de l'utilisation de l'IA dans les salles de rédaction.

Mais le Koweït n'est pas le premier pays à dévoiler un présentateur journaliste généré par l'IA. En 2018, l'agence de presse d'État chinoise a dévoilé son propre présentateur virtuel.

Chute de la confiance des auditeurs

Selon un rapport publié par Goldman Sachs le mois dernier, l'IA pourrait remplacer l'équivalent de 300 millions d'emplois à temps plein dans le monde entier.

Selon ce rapport, la technologie pourrait également être à l'origine de la création de nouveaux emplois et d'une augmentation de la productivité.

Mais l'essor rapide de l'IA dans le monde a également suscité des craintes quant à son potentiel de désinformation et de défiance envers les médias.

Pour Brandi Geurkink, conseillère en stratégie et en technologie chez Reset, l'utilisation de l'intelligence artificielle dans les milieux de l'information met en péril la confiance des audiences envers les médias.

"Je pense que les journaux télévisés étaient en quelque sorte le dernier bastion de la vérité pour beaucoup de gens, qui peuvent voir le visage d'une personne, entendre sa voix et comprendre qu'il est possible d'accorder sa confiance. Et je pense que l'adoption de l'IA ne fait que compliquer les choses et brouiller encore plus les pistes. C'est assez préoccupant", explique-t-elle.

Pour rappel, le Koweït est classé 158e sur 180 pays dans le classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières en 2022. Et les experts se demandent si le remplacement des humains par l'IA ne risque pas de réduire la liberté d'expression des reporters dans le pays.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une femme bientôt à la tête de Twitter

Fausses informations : bientôt un procès en diffamation contre ChatGPT ?

Un eurodéputé a-t-il été surpris en train de sniffer de la cocaïne en public ?