PUBLICITÉ

Un missile hypersonique russe abattu au-dessus de Kyiv, selon l'armée ukrainienne

Un missile
Un missile Tous droits réservés Diritti d'autore AP Photo
Tous droits réservés Diritti d'autore AP Photo
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'Ukraine a indiqué samedi avoir abattu pour la première fois un missile hypersonique russe de type Kinjal lors de frappes menées par Moscou dans la nuit de mercredi à jeudi. Il a pu être intercepté grâce au système de défense aérienne Patriot.

PUBLICITÉ

L'Ukraine a indiqué samedi avoir abattu pour la première fois un missile hypersonique russe de type Kinjal lors de frappes menées par Moscou dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le président russe Vladimir Poutine l'avait qualifié, lorsqu'il avait dévoilé le missile Kinjal en 2018, d'"arme idéale" car très difficile à intercepter pour les défenses adverses.

"Je félicite le peuple ukrainien pour cet événement historique", a déclaré sur la messagerie Telegram le général Mykola Oleshchuk. "Oui, nous avons abattu le missile Kinjal, qui n'a pas d'équivalent", s'est-il réjoui.

Selon l'armée de l'air ukrainienne, le missile a été abattu en pleine nuit par un système de défense aérienne Patriot au-dessus de Kyiv

L'Ukraine a demandé à ses alliés occidentaux de l'aider à renforcer son système de défense aérienne. Pendant tout l'hiver, Moscou avait en effet bombardé ses infrastructures énergétiques.

Et à la mi-avril, Kyiv a reçu ses premiers Patriots, considérés comme un des systèmes de défense aérienne les plus perfectionnés.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait déclaré que les Patriots renforceraient "considérablement" les défenses de l'Ukraine contre les frappes russes.

Par ailleurs, Kyiv a accusé le Kremlin d'avoir utilisé à Bakhmout des munitions au phosphore qui créent des incendies à propagation rapide. Ce n'est pas la première fois que la Russie est accusée d'utiliser ce produit hautement toxique.

A Moscou, les autorités renforcent la sécurité à l'approche de la cérémonie militaire du 9 mai qui commémore la victoire sur l'Allemagne nazie et la fin de la grande guerre patriotique, une rhétorique régulièrement reprise par Vladimir poutine pour justifier sa guerre en Ukraine

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pourquoi l'Ukraine va désormais célébrer la fin de la Seconde Guerre mondiale le 8 mai

La Russie poursuit son offensive dans le nord-est de l'Ukraine

L'Ukraine plongée dans l'obscurité alors que la Russie s'attaque au réseau électrique