Ukraine : les forces russes ont lancé sur Kyiv une frappe aérienne d'une "intensité exceptionnelle"

Les pompiers en action à Kyiv (16/05/2023)
Les pompiers en action à Kyiv (16/05/2023) Tous droits réservés AP/Ukrainian Emergency Situations Ministry
Tous droits réservés AP/Ukrainian Emergency Situations Ministry
Par Euronews avec EFE, AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

"Cette fois, l'ennemi a lancé une attaque complexe (...) en utilisant des drones, des missiles de croisière et probablement des missiles balistiques", a déclaré le chef de l'administration militaire de Kyiv pour qui cette attaque nocturne "était exceptionnelle par sa densité".

PUBLICITÉ

L'armée russe a lancé dans la nuit une nouvelle attaque sur Kyiv  la huitième depuis le début du mois, d'une "intensité exceptionnelle", selon l'administration militaire de la capitale ukrainienne.

"L'ennemi a lancé une attaque complexe en provenance de plusieurs directions et simultanément, utilisant des drones, des missiles de croisière et probablement des missiles balistiques", a déclaré mardi Serhiy Popko, chef de l'administration militaire de Kiev.

L'attaque nocturne "était exceptionnelle par sa densité", car il s'agissait du lancement du plus grand nombre de missiles dans le laps de temps le plus court jamais enregistré, a ajouté Serhiy Popko.

Selon des informations préliminaires, "la grande majorité des cibles ennemies dans l'espace aérien de Kiev ont été détectées et détruites" par l'armée ukrainienne.

Les bombardements ont touché des bâtiments dans les districts de Solomyanskyi, Shevchenkivskyi, Svyatoshynskyi, Obolonskyi et Darnytskyi.  Les dégâts les plus importants ont été signalés dans le district de Solomyanskyi, où un incendie s'est déclaré dans un bâtiment non résidentiel, touchant plusieurs voitures dans la zone et blessant au moins trois personnes, a confirmé le maire de Kiev, Vitalii Klitschko.

Des morceaux d'un autre missile, qui aurait été intercepté par les forces ukrainiennes, sont tombés sur le zoo de la ville, dans le district de Shevchenkivskyi, où les dégâts sont encore en cours d'évaluation.

Le retour de Zelensky après sa tournée en Europe

Ces nouveaux bombardements interviennent après le retour au pays de Volodymyr Zelensky, qui a effectué ces derniers jours une tournée internationale qui l'a conduit en Italie, au Vatican, en Allemagne, en France et au Royaume-Uni.

Le président ukrainien a reçu des garanties sur un soutien militaire accru, alors que Kyiv prépare a contre-offensive contre les forces russes, mais dit avoir encore "besoin de temps".

Le gouvernement britannique a promis la livraison "dans les prochains mois" de "centaines" de missiles antiaériens et de drones d'attaque de longue portée (200 kilomètres). Ces derniers s'ajouteront aux missiles de croisière Storm Shadow promis la semaine dernière par Londres, une première pour ce type d'armement que l'Ukraine réclamait depuis des mois pour atteindre des objectifs loin derrière la ligne de front.

Le renforcement de l'aide britannique provoquera "encore plus de destructions" mais n'aura "pas d'impact important sur le déroulement" du conflit, a assuré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

Mais le Premier ministre britannique Rishi Sunak a souligné que l'aide britannique s'inscrivait sur le long terme, et que Londres jouerait un "rôle-clé" dans la "coalition" que Kyiv veut réussir à former pour lui livrer des avions de combat. "Je pense que cela va arriver très prochainement, vous allez être informés de décisions que je pense très importantes", a estimé Volodymyr Zelensky lundi, se disant "très optimiste".

Formation de pilotes ukrainiens

Aucun pays européen ne s'est jusqu'ici avancé à fournir des avions de combats à Kyiv à part la Slovaquie et la Pologne qui ont commencé à lui livrer fin mars et début avril respectivement des avions de chasse Mig-29 de conception soviétique.

Toutefois le Royaume-Uni va déjà former dès cet été des pilotes ukrainiens. Emmanuel Macron a lui-même annoncé lundi soir avoir "ouvert la porte pour former des pilotes" ukrainiens "dès maintenant" et "avec plusieurs autres pays européens qui y sont prêts", lors d'une interview sur la chaîne TF1.  Il a refusé en revanche d'évoquer la livraison d'avions de chasse à Kiev autrement que comme "un débat théorique" à ce stade.

Un émissaire chinois à Kyiv

Sur le plan diplomatique, les 46 États membres du Conseil de l'Europe se retrouvent mardi après-midi en sommet en Islande pour afficher leur unité contre Moscou.

Le sommet, le quatrième seulement de l'organisation paneuropéenne en près de 75 ans d'existence, vise à multiplier les moyens de rendre la Russie pénalement responsable des destructions et des crimes causés par son invasion de l'Ukraine.

Le président ukrainien, chef d'Etat d'un pays membre, est invité mais on ignore s'il fera le déplacement à Reykjavik, dans la foulée de sa tournée européenne.

D'autant que l'émissaire chinois Li Hui, le représentant spécial pour les affaires eurasiatiques chargé de discuter du règlement de la situation en Ukraine, doit se rendre à Kyiv mardi et mercredi, selon un haut responsable gouvernemental ukrainien.

La Chine n'a jamais publiquement condamné l'intervention militaire de Moscou en Ukraine, au contraire de la majorité des grandes puissances mondiales.

PUBLICITÉ

Washington met en garde l'Iran

Les Etats-Unis ont de leur côté mis en garde lundi l'Iran et la Russie qui "sont en train d'amplifier leur coopération militaire sans précédent", selon John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale.

Il a cité en particulier la volonté de Moscou d'acquérir des drones iraniens plus sophistiqués que ceux jusqu'à présent fournis.

Il a ajouté que les Etats-Unis allaient annoncer de nouvelles sanctions "dans les prochains jours" contre des entités ou personnes impliquées dans ces transactions.

L'Afrique du Sud, accusée par les Etats-Unis d'avoir livré des armes à la Russie, a elle envoyé son commandant des forces terrestres Lawrence Mbatha à Moscou pour "une visite de bonne volonté".

AFP

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Conseil de l'Europe souhaite tenir la Russie pour responsable des crimes commis en Ukraine

Comment les drones iraniens "kamikazes" Shahed sont utilisés en Ukraine

Frappes mortelles russes sur le centre de l'Ukraine, Kyiv affirme avoir abattu un bombardier russe