Peines alourdies pour deux chefs du renseignement de l'ex-président serbe Slobodan Milosevic

Jovica Stanisic et Franko Simatovic
Jovica Stanisic et Franko Simatovic Tous droits réservés AP Photo/Martijn Beekman, pool
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'ancien chef du renseignement Jovica Stanisic, 72 ans, et son bras droit Franko Simatovic, 73 ans, ont été reconnus coupables en 2021 d'avoir aidé des "escadrons de la mort" qui ont terrorisé une ville bosniaque en 1992.

PUBLICITÉ

Un tribunal de l'ONU a confirmé en appel mercredi la condamnation de crime de guerre et crimes contre l'humanité de deux chefs du renseignement de l'ancien président serbe Slobodan Milosevic et porté leurs peines de prison de 12 à 15 ans.

Le tribunal de l'ONU, qui siège à La Haye aux Pays-Bas, rendait son dernier jugement pour les crimes de guerre commis durant les années 1990 en ex-Yougoslavie.

L'ancien chef du renseignement Jovica Stanisic, 72 ans, et son bras droit Franko Simatovic, 73 ans, ont été reconnus coupables en 2021 d'avoir aidé des "escadrons de la mort" qui ont terrorisé une ville bosniaque en 1992.

Après avoir été initialement acquittés en 2013, ils ont chacun été condamnés à 12 ans de prison pour le crime de guerre de meurtre et plusieurs crimes contre l'humanité dont persécution, transfert forcé et déportation.

Jovica Stanisic et Franko Simatovic et les procureurs avaient tous interjeté appel.

Il s'agit d'une des plus longues affaires sur les guerres qui ont déchiré la Yougoslavie après la chute du communisme, au bilan humain estimé à quelque 130 000 morts et des millions de déplacés.

C'était le dernier des principaux procès restant du Tribunal Pénal pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), fermé en 2017 après avoir traduit en justice des suspects clés des guerres des Balkans.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Israël : nouvelle manifestation contre la réforme judiciaire avant une audience clé

Pakistan : condamnation suspendue pour l'ancien Premier ministre Imran Khan

Donald Trump face à la justice en pleine campagne électorale