EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Déplacements forcés d'enfants ukrainiens en Russie : le travail des ONG pour rapatrier les victimes

Des enfants ukrainiens récupérés en Russie à leur retour en Ukraine, ici à Lviv, le 3 mai 2023
Des enfants ukrainiens récupérés en Russie à leur retour en Ukraine, ici à Lviv, le 3 mai 2023 Tous droits réservés Hanna Arhirova/Copyright 2020 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Hanna Arhirova/Copyright 2020 The AP. All rights reserved
Par Rebekah Daunt (adapté de l'anglais)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Identifier, localiser, rapatrier et réintégrer : des ONG se battent tous les jours avec les autorités russes pour retrouver les milliers d'enfants ukrainiens déplacés de force vers la Russie. (Episode 1/2)

PUBLICITÉ

19 500 : c'est le nombre approximatif d'enfants que la Russie a déplacés de force ou enlevés, selon les autorités ukrainiennes, et ce depuis le début de l'invasion du pays.

Kyiv soupçonne que des milliers d'enfants ont été envoyés dans des camps de rééducation où ils auraient reçu une formation militaire et une nouvelle identité avant d'être adoptés par des familles russes.

Un certain nombre d'organisations humanitaires travaillent d'arrache-pied pour ramener ces enfants disparus chez eux.

Jusqu'à présent, l'ONG Save Ukraine a contribué au sauvetage de 118 enfants disparus.

Olga Yerokhina, attachée de presse de Save Ukraine : "Nous fournissons tout le travail juridique, l'aide psychologique s'ils en ont besoin et l'aide financière... nous réfléchissons à l'itinéraire et nous faisons des préparatifs avec notre personnel, avec nos partenaires".

Kyiv a également ouvert des centres chargés de ramener les enfants en Ukraine, mais pour les quelques chanceux qui parviennent à rentrer, ce n'est qu'un début.

Les Nations unies estiment que 3,5 millions d'enfants en Ukraine ont des besoins graves, voire catastrophiques, tandis que 75 % des parents affirment que leurs enfants subissent des traumatismes psychologiques.

Ajman Yamin, directeur du plaidoyer, des campagnes, de la communication et des médias de Save the Children en Ukraine : "C'est l'une des situations les plus délicates pour les familles. Nous nous concentrons donc sur ce que nous appelons la réintégration, qui consiste à essayer de voir où les enfants ont été, ce qu'ils ont vécu et comment faire disparaître tout cela".

Pour faire face aux effets de la guerre, Save the Children et l'UNICEF offrent un soutien en matière de santé physique et mentale, des cours à distance et des cours numériques pour les enfants, des conseils financiers, des conseils aux parents et d'autres services essentiels.

Damian Rance, de l'UNICEF : "L'une des choses les plus importantes, en ce qui concerne l'UNICEF, est de veiller à ce que les enfants, où qu'ils soient et quelles que soient les circonstances, aient la possibilité d'accéder à l'apprentissage, que ce soit dans un cadre scolaire formel ou en ligne."

Damian Rance prévient que les ressources manquent déjà et que les écoles ne seront pas réparées du jour au lendemain.

"Le redressement et la reconstruction ne concernent pas seulement les infrastructures, nous a déclaré ce représentant de l'UNICEF, il s'agit aussi de reconstruire la communauté et la société ici en Ukraine afin qu'elles soient centrées sur l'enfant, qu'elles placent les enfants et leurs besoins au centre de leurs préoccupations. Et pour ce faire, il faut bien sûr des ressources importantes".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les enfants premières victimes des conflits armés selon l'ONU

La frappe à Kharkiv fait 16 morts, Zelensky évoque la concentration de troupes russes

La Russie poursuit son offensive dans le nord-est de l'Ukraine