EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Quel avenir pour Sergueï Choïgou après la mutinerie de Wagner ?

Le ministre russe de la défense Sergueï Choïgu lors d'une réunion à Moscou le 26 juin 2023 à la suite de la mutinerie de Wagner.
Le ministre russe de la défense Sergueï Choïgu lors d'une réunion à Moscou le 26 juin 2023 à la suite de la mutinerie de Wagner. Tous droits réservés Gavriil Grigorov/Sputnik/AFP
Tous droits réservés Gavriil Grigorov/Sputnik/AFP
Par Heloise Urvoy
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La position de Sergueï Choïgou a survécu à la mutinerie du groupe Wagner, qui le visait personnellement. Combien de temps le ministre russe de la défense peut-il tenir ?

PUBLICITÉ

La mutinerie du groupe paramilitaire russe des 24 et 25 juin 2023 aura duré 24h. Evguéni Prigojine, fondateur auto-proclamé à la tête de Wagner avait spécifiquement nommé Sergueï Choïgou, le Ministre russe de la défense, comme responsable de la mort de ses hommes en Ukraine.

Vladimir Poutine n’a pas eu d’autre choix que de condamner la mutinerie. Depuis, son instigateur serait exilé au Bélarus. La conduite à tenir envers le ministre de la défense est moins évidente. Pour l'instant, le Kremlin lui a réitéré publiquement son soutien.

Pourquoi une telle rivalité entre les deux hommes ?

Evguéni Prigojine et Sergueï Choïgou sont tous les deux très investis dans la guerre en Ukraine : le premier en tant que chef d’un groupe paramilitaire sur le terrain, proche de Moscou, et le second en tant que ministre de la défense, à la tête de l'armée officielle.

En interne sont nées des rivalités quant aux ressources matérielles et humaines pour mener à bien leur mission en Ukraine. Il aurait été question de l'absorption du groupe Wagner par le Ministère de la défense. Cela aurait rendu officiel le jusqu’ici officieux bras musclé de l’armée russe, et surtout fait perdre toute autorité à son chef, Evguéni Prigojine.

De son côté, le ministre de la défense et son armée se sont parfois vu éclipsés par Wagner, qui revêt des caractéristiques d’un véritable corps armé aux ordres de Moscou.

Le président russe était au courant de cette rivalité, mais ne s’y mêlait pas. “C’est comme ça que Poutine gère les rivalités. Il a tendance à les laisser exister”, explique Emily Ferris, chercheuse spécialisée en politique russe auprès du Royal United Services Institute for Defence and Security Studies (RUSI). “C’était sans doute une erreur de sa part de ne pas se rendre compte jusqu’où Prigojine pouvait être poussé psychologiquement.”

Un ami de longue date

Pour Vladimir Poutine, Sergueï Choïgou est un haut gradé de l’armée en qui il a entièrement confiance, notamment pour mener à bien ses missions dans le cadre de la guerre en Ukraine en tant que chef des armées.

Pourtant, le ministre n’a pas le parcours quasi identique de bon nombre des hommes politiques proches de Poutine. Il ne faisait pas partie du KGB et ne vient pas de l’élite Saint-Pétersbourgeoise, mais de la Sibérie. Détail qui a également son importance, Sergueï Choïgou est considéré comme un Russe “non-ethnique”, une catégorie de la population qui a très peu accès aux postes haut-placés en Russie.

Proche de Poutine depuis le début des années 2000, les deux hommes sont amis.

”Des photos très médiatisées en Russie les montrent en vacances ensemble. La nature de leur relation est d’évidence personnelle”, analyse Emily Ferris.

Alexei Nikolsky/Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP
Le président russe Vladimir Poutine et le ministre de la défense Sergueï Choïgou lors d'une sortie pêche en Sibérie, le 5 août 2017.Alexei Nikolsky/Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP

Quelle suite pour Sergueï Choïgou et Wagner ?

De nombreuses voix s'interrogent sur l’avenir du ministre de Poutine, tant le Président russe n’est pas réputé pour laisser couler des situations mettant en danger son pouvoir.

Pour Emily Ferris, Vladimir Poutine ne peut agir dans l’immédiat : “je ne suis pas convaincue que Choïgu soit poussé vers la sortie, en tout cas pour l’instant. Ce serait une décision majeure que de remercier le Ministre de la défense au milieu d’une guerre.”

Agir trop vite serait également un signal envoyé aux mutins de Wagner, leur donnant gain de cause. Dans une adresse télévisée le 26 juin 2023, Vladimir Poutine a rappelé aux Russes que “toute tentative de créer des troubles sera réduite en échec.” Sans le nommer, le chef de l’Etat a condamné la remise en question de son autorité par le chef paramilitaire.

“Poutine n’a pas tendance à simplement virer les gens. Il les relègue à d’autres postes, les fait sortir discrètement, de manière à ce qu'ils ne fassent pas davantage de dégâts” selon Emily Ferris. Pour la chercheuse, le sort de Sergueï Choïgu dépendra du sort de la guerre en Ukraine.

Pour l’instant, les regards se tournent vers le Bélarus, où se seraient repliés les mutins de Wagner, faute d’atteindre leur but et d’aller jusqu’à Moscou. L’exil a été offert à Evguéni Prigojine par le dirigeant du pays, Alexandre Lukashenko. Officiellement, le chef de Wagner est sous le coup d’une enquête pour “rébellion”, mais le Kremlin n’aurait pas cherché à l’arrêter.

Une situation qui pourrait signifier un tournant dans la guerre en Ukraine, tant la mission de l’organisation paramilitaire pour gagner la guerre était jusqu’ici importante pour les autorités russes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Poutine a rencontré Prigojine le 29 juin après sa mutinerie avortée (Kremlin)

Poutine cherche à "détruire la réputation" du leader de Wagner, selon l'ISW

No Comment : un soldat américain condamné à de la prison en Russie