PUBLICITÉ

Tour de France : le Canadien Michael Woods remporte sa première victoire d'étape

Le Canadien Michael Woods a remporté la neuvième étape du Tour de France cycliste au sommet du Puy-de-Dôme, en Auvergne. 9 juillet 2023
Le Canadien Michael Woods a remporté la neuvième étape du Tour de France cycliste au sommet du Puy-de-Dôme, en Auvergne. 9 juillet 2023 Tous droits réservés Daniel Cole/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Daniel Cole/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Canadien Michael Woods s'est imposé dimanche au sommet du Puy de Dôme où Tadej Pogacar a repris huit secondes au classement général du Tour de France à Jonas Vingegaard.

PUBLICITÉ

En s'imposant au sommet du Puy de Dôme, Michael Woods, 36 ans, décroche sa première victoire d'étape sur le Tour de France. C'est aussi la troisième victoire de la saison pour le coureur d'Israel PT, venu sur le tard dans le cyclisme après des débuts en athlétisme, après sa victoire d'étape et du classement général du Tour d'Occitanie.

Rescapé de l'échappée matinale, le Canadien Michael Woods s'est donc imposé dimanche au sommet du Puy de Dôme où Tadej Pogacar a repris huit secondes à Jonas Vingegaard dans un nouveau chapitre de leur croustillante rivalité sur le Tour de France.

Pour le retour du mythique volcan sur le Tour après 35 ans d'absence, Woods a bouché le trou de deux minutes qu'il comptait sur le malheureux Américain Matteo Jorgenson au pied de la terrifiante pente finale en colimaçon pour rafler, à 36 ans, son plus grand triomphe.

"Je dois me pincer, j'ai du mal à réaliser", a jubilé le coureur d'Israel PT qui a avalé Jorgenson, parti dans un raid solitaire à 46 km de l'arrivée, avant de l'emporter avec une trentaine de secondes d'avance sur le Français Pierre Latour et le Slovène Matej Mohoric.

Woods était l'ultime rescapé d'une échappée de 14 coureurs partis dès le départ à Saint-Léonard-de-Noblat, le fief de Raymond Poulidor, pour aborder le pied du Puy de Dôme avec plus d'un quart d'heure d'avance sur le peloton comprenant tous les principaux favoris.

L'écrémage entre les meilleurs s'est fait très rapidement dans l'ascension de 13,3 km à 7,7%, dont quatre ultimes kilomètres interdits au public à 12%.

Un par un, les prétendants au podium ont lâché prise. Dont les Français Romain Bardet et David Gaudu, tracté jusqu'en haut par Thibaut Pinot, avec un rictus de douleur déchirant sur le visage et le maillot ouvert sur son torse décharné.

Pogacar "incroyablement fort"

Et les deux favoris se sont une nouvelle fois retrouvés seul au monde, pour un nouvel épisode de leur duel qui anime le Tour depuis le début, lorsque Pogacar est passé à l'attaque à 1,5 km du sommet dressé à 1.415 mètres d'altitude.

Le Slovène a rapidement pris un, puis deux, puis cinq mètres d'avance sous une chaleur étouffante et un soleil éclatant. Mais Vingegaard n'a jamais cédé, s'accrochant au courage pour sauver son maillot jaune pour 17 secondes, à la veille de la journée de repos.

"Tadej a été incroyablement fort. Je suis content d'avoir pu garder le maillot jaune, a commenté Vingegaard, arrivé 8 secondes après son rival. "Ce sera une lutte acharnée, je vais faire tout mon possible pour arriver en vainqueur à Paris. Les étapes qui me conviennent le plus sont encore à venir. Aujourd'hui, le profil de l'étape lui correspondait davantage."

"Jonas a été fort, mais je me sentais vraiment bien aujourd'hui, a souligné pour sa part Pogacar. Je suis content de reprendre un peu de temps et de mettre un peu de pression sur Jonas."

Avec son succès de prestige, Woods s'inscrit, lui, dans une lignée royale, aux côtés de Fausto Coppi, premier vainqueur au Puy du Dôme en 1952, Federico Bahamontes, qui fêtait ce dimanche ses 94 ans, ou Lucien Van Impe, couronné en 1975, l'année où Eddy Merckx fut boxé par un spectateur au ventre.

Un volcan s'éveille

Le Puy de Dôme a aussi été le théâtre d'un mano a mano légendaire en 1964 entre Jacques Anquetil et Raymond Poulidor, lorsque "Poupou", auquel le Tour a rendu hommage toute la journée dimanche, avait repris 42 secondes, sans pouvoir priver son rival d'un cinquième sacre final.

Le Danois Johnny Weltz a été le dernier vainqueur au sommet en 1988, à l'issue d'une longue échappée déjà.

Le rideau était ensuite tombé sur le Puy de Dôme pour une question de préservation de ce site naturel exceptionnel, labellisé Grand site de France depuis 2008 et Patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2018.

Une barrière bloque d'ailleurs l'accès à ses quatre derniers kilomètres, interdits même aux cyclistes à l'année, sur une voie d'à peine quatre mètres de large, longée par un train à crémaillère panoramique.

Mais Christian Prudhomme rêvait d'un retour et en a même fait une priorité lorsqu'il a intégré la direction du Tour de France en 2004.

C'est devenu une réalité dimanche lorsque le volcan s'est éveillé pour offrir aux millions de téléspectateurs à travers le monde un panorama unique sur la chaîne des Puys, devant lequel Michael Woods a pu lever les bras au ciel, lors d'une cérémonie protocolaire réduite à son strict minimum, afin de préserver le site.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Tour de France 2024 s'élancera d'Italie : c'est inédit

Les Jeux Olympiques de Paris mettent les petits plats dans les grands !

Karim Benzema devrait être déchu de sa nationalité française, selon une sénatrice française