EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Mort présumée d'Evguéni Prigojine, le patron de Wagner : que va-t-il se passer à présent ?

Une femme réagit à un mémorial informel à côté de l'ancien "Centre PMC Wagner" à Saint-Pétersbourg, Russie, jeudi 24 août 2023\.
Une femme réagit à un mémorial informel à côté de l'ancien "Centre PMC Wagner" à Saint-Pétersbourg, Russie, jeudi 24 août 2023\. Tous droits réservés Dmitri Lovetsky/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Dmitri Lovetsky/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Joshua Askew
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Le chef mercenaire, Evguéni Prigogine, est présumé mort. Quelles en seront les conséquences ?

PUBLICITÉ

Le patron de Wagner, Evguéni Prigogine, a apparemment trouvé la mort dans un accident d'avion mercredi soir.

Ni le Kremlin ni le ministère russe de la Défense n'ont encore fait de commentaires - et la mort d'Evguéni Prigogine doit encore être confirmée - bien que l'incident ait choqué la Russie et ses nombreux fans.

Quel est l'impact politique potentiel de la mort annoncéed'Evgueni Prigogine?

"Le Kremlin a coupé la tête de l'hydre", explique le Dr Stephen Hall à Euronews, suggérant qu'il essayait de neutraliser une menace potentielle.

"Le régime craignait que quelque chose, comme le soulèvement de Wagner, ne se reproduise".

Evguéni Prigojine a irrité au Kremlin au cours des derniers mois.

Il a critiqué à plusieurs reprises - et très publiquement - la campagne de l'establishment militaire en Ukraine, tout en remettant en question les principaux récits du Kremlin sur le conflit.

Le ministère russe de la Défense a riposté et la lutte, qui s'en est suivie, l'a vu tenter de prendre le contrôle du groupe, ce qui, selon de nombreux observateurs, a été à l'origine de la rébellion d'Evguéni Prigogine en juin durant laquelle les mercenaires de Wagner ont tenté de marcher sur Moscou.

De nombreux analystes et responsables de la sécurité occidentaux suggèrent que Vladimir Poutine et ses alliés ont orchestré le crash de mercredi, qui a anéanti un certain nombre de hauts responsables de Wagner, bien que cela ne puisse être confirmé.

Mais Stephen Hall a suggéré que la cible pourrait être les élites russes de manière plus générale.

" Vladimir Poutine envoie des signaux aux gens", affirme-t-il, "je pense qu'il s'agit d'un signal assez clair indiquant que c'est ce qui arrive aux traîtres".

Peu après le déclenchement de la mutinerie armée d'Evguéni Prigogine, le 24 juin, le président russe a dénoncé la rébellion comme une "trahison" et un "coup de poignard dans le dos", s'engageant à la venger.

Les charges retenues contre Evguéni Prigojine ont rapidement été abandonnées dans le cadre d'un accord secret qui a permis d'exiler la force mercenaire en Biélorussie. Mais beaucoup pensaient que le Kremlin ne tarderait pas à s'en prendre au chef des mercenaires.

"La guerre se déroule mal et certaines élites sont mécontentes. En tuant Evguéni Prigogine, le Kremlin envoie le signal que si vous vous soulevez, vous aurez une fin très brutale".

Les groupes nationalistes et patriotiques de Russie sont devenus de plus en plus virulents à l'égard de la campagne militaire de leur gouvernement en Ukraine, la critiquant souvent pour sa mauvaise gestion et ses manœuvres bâclées sur le champ de bataille.

Cependant, Stephen Hall a précisé que l'incident pourrait faire paraître le Kremlin "faible".

"Certains diront que c'est Poutine qui consolide son pouvoir, ce qui est plausible. Mais je pense que c'est aussi le témoignage d'un régime désespéré... Ils essaient d'envoyer un signal qu'ils vont éliminer ceux qui se sont soulevés contre eux... [mais cela] montre aussi aux élites qu'il existe des conspirateurs", explique-t-il. 

Que va-t-il se passer pour Wagner ?

Des points d'interrogation planent sur l'existence de la force mercenaire depuis sa mutinerie avortée en juin.

La force aurait déménagé en Biélorussie dans le cadre d'un accord secret conclu entre Vladimir Poutine et Evguéni Prigogine pour éviter la rébellion, mais elle aurait également perdu le financement qu'elle aurait reçu de l'État.

PUBLICITÉ

"Ce que nous allons voir, c'est que Wagner va, soit changer de nom et se doter d'un nouveau symbole - le Kremlin aime conserver les structures qu'il a déjà créées - soit être démantelé", a affirmé Stephen Hall.

Wagner a été créé en 2014, lors de l'annexion de la Crimée par la Russie. Jusqu'en 2022, l'identité des véritables fondateurs n'était pas claire. Les médias ont beaucoup spéculé sur l'identité du créateur, mais Evguéni Prigogine a fini par l'admettre.

En début de semaine, ce dernier est apparu dans son premier discours vidéo depuis sa mutinerie avortée, déclarant que la force était en Afrique pour rendre le continent "plus libre".

On ne sait pas ce qu'il adviendra des activités de Wagner en Afrique, où la société est impliquée dans l'exploitation minière et aide à sécuriser les régimes faibles.

Certains commentateurs ont suggéré que l'État russe pourrait prendre le relais, bien que cela ne soit pas clair.

PUBLICITÉ

Comment la population russe pourrait-elle réagir ?

Evguéni Prigogine n'a cessé de faire la une des journaux tout au long de la guerre en Ukraine, critiquant la manière dont l'establishment militaire russe menait sa campagne.

S'il s'est ainsi fait des ennemis dans les hautes sphères du pouvoir, certains Russes ordinaires respectent son franc-parler.

On ne sait pas comment la population réagira à sa mort présumée.

"Il est vrai qu'il était populaire, en particulier parmi les groupes patriotiques et nationalistes, même s'il n'était certainement pas populaire parmi les libéraux", déclare Stephen Hall, "mais beaucoup de Russes vont être très en colère".

" Evguéni Prigogine est mort de sang froid".

PUBLICITÉ

"Voilà un homme qui a dit que la guerre allait mal et que le régime était corrompu, et ils se sont débarrassés de lui", ajoute-t-il.

Stephen Hall s'est toutefois montré prudent : "la politique russe a toujours été mystérieuse. Et ces 18 derniers mois, elle l'a été particulièrement".

"Nous ne savons tout simplement pas ce que l'avenir nous réserve en termes de politique étrangère. Même si nous savions que les jours d' Evguéni Prigogine étaient comptés, la façon dont cela s'est terminé a certainement été surprenante".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Kremlin dément avoir orchestré la mort d'Evgueni Prigojine

No Comment : une chaleur anormale à Saint-Pétersbourg, en Russie

Purges dans l'armée russe continuent, le chef d'état-major adjoint détenu