EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La solution à deux Etats perd du terrain dans les esprits des Israéliens et des Palestiniens

DOSSIER : Des militants israéliens de gauche brandissent des drapeaux israéliens et palestiniens pour soutenir la candidature palestinienne à l'ONU pour obtenir le statut d'État observateur, le 29 novembre 2012.
DOSSIER : Des militants israéliens de gauche brandissent des drapeaux israéliens et palestiniens pour soutenir la candidature palestinienne à l'ONU pour obtenir le statut d'État observateur, le 29 novembre 2012. Tous droits réservés Oded Balilty/AP
Tous droits réservés Oded Balilty/AP
Par Sudesh Baniya
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les Israéliens et les Palestiniens sont moins nombreux à croire à la solution des deux États et à penser que les deux États ne peuvent coexister pacifiquement, même avant les attaques terroriste du week-end dernier.

PUBLICITÉ

Lors d'enquêtes publiques menées en Israël, à Gaza et en Cisjordanie, il a été demandé aux personnes interrogées si une solution pouvait être trouvée par la formation d'un État palestinien indépendant et si celui-ci pouvait coexister pacifiquement avec Israël.

Selon l'enquête du Pew Research Center, un nombre croissant d'Israéliens commencent à douter de la faisabilité d'une solution à deux États, 35 % seulement des personnes interrogées estimant qu'une coexistence pacifique entre Israël et la Palestine est possible.

Cela représente une baisse de 15 points, par rapport à il y a dix ans. Ce sont les chiffres les plus bas à ce jour.

 Le sentiment contre une solution à deux États a évolué de manière significative parmi les Israéliens arabes par rapport aux Israéliens juifs.

Les Arabes israéliens sont désormais 33 % moins enclins à croire en cette approche qu'en 2013. Leurs homologues juifs sont 14 % moins enclins à envisager cette possibilité au cours de la même période.

L'enquête a toutefois été réalisée en avril et publiée en septembre, avant que la guerre entre Israël et le Hamas n'éclate à la suite d'une attaque sans précédent le 7 octobre.

Les Palestiniens ne pensent pas qu'une solution à deux États soit possible

Les données disponibles du côté palestinien sont plus nuancées.

Près d'un tiers des Palestiniens se déclarent aujourd'hui favorables à la solution des deux États, selon une enquête réalisée en septembre, par le Palestinian Center for Policy and Survey Research.

Si le soutien à la solution des deux États a légèrement augmenté, une majorité de Palestiniens continue de penser que ce n'est pas la voie à suivre.

Quelque 67 % des Palestiniens s'opposent à la solution des deux États, citant l'expansion des colonies comme l'une des principales raisons de leur scepticisme.

En outre, la contestation croissante de l'absence de mise en œuvre des accords d'Oslo - deux accords signés en 1993 pour garantir le "droit du peuple palestinien à l'autodétermination" - et le recours d'Israël à la coercition dans les Territoires occupés n'ont fait qu'aggraver la situation.

L'armée israélienne empêche une résolution pacifique et la création d'un Etat palestinien, a affirmé Hassan Albalawi, chef adjoint de la mission palestinienne auprès de l'Union européenne, à Euronews, mardi.

Il a accusé la persécution systémique des Palestiniens par les autorités israéliennes d'être la cause principale de la violence actuelle, citant le manque d'intervention internationale pour demander des comptes à Israël.

_"Quand Israël attaque, quand Israël occupe, quand Israël colonise, quand Israël encercle Gaza [...] avec tout cela, vous (l'Europe) direz qu'Israël se défend ?" ,_a-t-il ajouté. 

C'est ce que reflète la dernière enquête, qui montre que les Palestiniens croient de moins en moins aux négociations comme moyen de créer un État souverain.

Parmi les civils palestiniens, 53 % sont favorables à une lutte armée pour établir un État indépendant et combattre l'occupation. Il s'agit d'une hausse de 12 % par rapport aux résultats de l'enquête réalisée à la même époque en 2022.

Cette hausse est compensée par une diminution de la confiance dans la diplomatie et les négociations, les Palestiniens étant aujourd'hui 10 % moins enclins à les préférer comme solution, selon la même enquête.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"En Israël, les Juifs ont vraiment le pouvoir" : Uri Agnon se confie sur son nouveau spectacle baptisé "Antisemitism : a (((musical)))"

Témoignage d'un survivant du festival Supernova où 270 personnes ont été tuées par le Hamas

Israël : un mort et un blessé dans une attaque au couteau dans un centre commercial