Europe : une goélette scientifique sillonne les eaux afin d'évaluer la pollution

Bateau océanique Tara à Lyon. Janvier 2024.
Bateau océanique Tara à Lyon. Janvier 2024. Tous droits réservés Ilaria Federico and Estelle Nilsson-Julien
Par Somaya Aqad, Estelle Nilsson-Julien and Ilaria Federico
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Depuis avril 2023, une équipe de scientifiques recueille des données sur le littoral européen dans le cadre d'une mission qui durera jusqu'en juillet 2024.

PUBLICITÉ

Le Tara Europa Boat ressemble à un voilier ordinaire, mais il s'agit en fait d'un laboratoire scientifique flottant.

"L'objectif de la mission Tara Europa Trek est de mesurer l'impact de l'activité humaine sur le littoral, qui est un lieu de grande biodiversité", explique Henri-Bernard Costa, responsable des affaires publiques à la Fondation Tara.

Il n'y a pas de frontières à la pollution

Depuis avril 2023, une équipe de scientifiques navigue autour des côtes européennes pour évaluer la pollution et la santé des eaux.

Leur objectif est de parcourir 25 520 kilomètres de côtes. 

L'évaluation des niveaux de pollution des eaux européennes est une question urgente, étant donné que 40 % de la population européenne vit dans une région côtière.

"La pollution voyage, les molécules chimiques aussi. Il n'y a pas de frontières à la pollution, nous devons être conscients que tout ce qui a un impact sur une partie de la nature, l'affecte également dans son ensemble", déclare M. Costa.

"Notre objectif est d'obtenir une vision holistique de ce qui se passe sur le continent, afin d'évaluer les questions à traiter en priorité pour garantir la santé de nos océans", ajoute-t-il.

4 000 produits chimiques ont déjà été repérés

Au cœur de Tara se trouve une cabine de bateau aménagée, où l'équipe de scientifiques stocke ses machines. Bien que les scientifiques aient déjà recueilli une grande quantité de données, il pourrait s'écouler une dizaine d'années avant que les conclusions de l'expédition ne soient rendues publiques.

Une fois collectés, les échantillons d'eau sont envoyés à d'autres laboratoires pour y être examinés, ce qui représente un long processus.

Les scientifiques ont déjà "traqué quelque 4 000 produits chimiques, pesticides et produits pharmaceutiques qui ont été répertoriés. Ils vérifient s'ils sont déjà détectables sur terre et en mer, et analysent leur interaction avec les micro-organismes", explique Martin Hertau, le capitaine du Tara Europa Boat.

Cette expédition est loin d'être la première de la Fondation : depuis 2003, l'organisation a déjà lancé sept grandes missions d'exploration scientifique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Des coraux des grands fonds devenus blancs à cause du réchauffement des océans

Crise de l'eau en Europe : constat et solutions

France : un convoi de tracteurs roule vers Rungis