Euroviews. Le cas de l'UNRWA révèle un problème beaucoup plus vaste en matière d'aide humanitaire

Des soldats israéliens prennent position à côté de véhicules de l'ONU froissés, perchés de façon précaire sur des débris de bâtiments dans le complexe de l'UNRWA, à Gaza, février 2024.
Des soldats israéliens prennent position à côté de véhicules de l'ONU froissés, perchés de façon précaire sur des débris de bâtiments dans le complexe de l'UNRWA, à Gaza, février 2024. Tous droits réservés AP Photo/Euronews
Par Ambassador Mark Wallace, Dr Hans-Jakob Schindler
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Les opinions exprimées dans cet article sont celles de leur auteur et ne représentent en aucun cas le positionnement éditorial d’Euronews.
Cet article a été initialement publié en anglais

Le consensus mondial sur le caractère essentiel du travail humanitaire cède trop facilement la place à la morale, souvent avec des conséquences dévastatrices. Il est temps de retrouver ce terrain, écrivent l'ambassadeur Mark Wallace et le Dr Hans-Jakob Schindler.

PUBLICITÉ

Les preuves impliquant des employés de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) dans les attaques terroristes du 7 octobre ne devraient pas surprendre quiconque a suivi de près les activités de l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens.

Les allégations selon lesquelles certains employés de l'UNRWA étaient en fait des agents du Hamas ne sont que la dernière manifestation d'un problème beaucoup plus vaste qui affecte le secteur de l'aide internationale.

L'absence stupéfiante de contrôle et de réglementation des fonds humanitaires au cours des dernières décennies a permis à d'innombrables milliards d'argent payé par le contribuable de se retrouver dans les coffres des terroristes.

Alors que les agences d'aide peuvent s'opposer à ce qu'elles perçoivent comme une lourde "paperasserie", un contrôle strict et la transparence sont en fait fondamentaux pour le travail humanitaire : ils garantissent que l'aide est acheminée à ceux qui en ont besoin, et non détournée au profit de groupes extrémistes et terroristes.

Les déclarations d'ignorance sont de moins en moins crédibles

Pendant des années, l'UNRWA a accueilli des acteurs peu soucieux d'une résolution pacifique du conflit israélo-palestinien.

Selon un dossier présenté par les services de renseignement israéliens, un membre du personnel sur dix est un "agent" terroriste.

Quelque 23 % des travailleurs masculins de l'UNRWA à Gaza ont des liens avec le Hamas ou le Jihad islamique palestinien (PIJ), contre 15 % de l'ensemble des hommes de Gaza. Et 49 % auraient des "parents proches" également liés au Hamas ou au PIJ.

Les affirmations de l'UNRWA selon lesquelles il n'avait pas connaissance du vaste réseau de tunnels du Hamas sous les écoles et les hôpitaux, financé par des milliards de dollars d'aide détournée, sont de moins en moins crédibles.

En réalité, l'UNRWA est loin d'être une exception en matière de financement du terrorisme humanitaire. Dans le monde de l'aide internationale, il s'agit d'un risque professionnel.
Un soldat israélien descend le long d'un trou ressemblant à un cratère donnant accès à un petit tunnel dans le complexe de l'UNRWA, à Gaza, février 2024
Un soldat israélien descend le long d'un trou ressemblant à un cratère donnant accès à un petit tunnel dans le complexe de l'UNRWA, à Gaza, février 2024AP Photo/Ariel Schalit

Au fil des ans, plusieurs membres du personnel de l'UNRWA se sont révélés être des terroristes ou des responsables d'organisations terroristes, notamment Awad al-Qiq, fabricant de roquettes du PIJ, Said Siam, ancien ministre de l'intérieur du Hamas, et Humam Khalil Abu-Mulal al-Balawi, un kamikaze qui a tué sept employés de la CIA en Afghanistan en 2009.

Le 7 octobre, 12 membres du personnel de l'UNRWA a aidé le Hamas à exécuter le massacre ou a aidé le groupe à la suite de l'attaque.

Selon le dossier, l'un des employés de l'agence a pris une femme en otage, un autre a distribué des munitions et un troisième a participé à une tuerie dans un kibboutz israélien.

Ce cas n'est pas une exception

Comment des travailleurs humanitaires en sont-ils venus à jouer un rôle dans le pire massacre de juifs depuis l'Holocauste ?

En réalité, l'UNRWA est loin d'être une exception en matière de financement du terrorisme humanitaire. Dans le monde de l'aide internationale, il s'agit d'un risque professionnel.

Tout au long des années 1990, les Talibans ont régulièrement harcelé et volé les agences d'aide. Le régime taliban actuel utilise également un réseau d'organisations locales fictives pour détourner l'argent de l'aide.

Au début des années 2000, des rapports ont révélé qu'en Somalie, la filiale d'Al-Qaïda, Al-Shabaab, avait siphonné une telle quantité d'aide internationale qu'elle avait créé un "Bureau de coordination humanitaire", demandant aux groupes d'aide de s'"enregistrer".

Sur le terrain, toute somme cédée à un groupe militant a peu de chances d'atteindre ses objectifs déclarés et, comme dans le cas de l'UNRWA, exacerbe en fait le conflit qu'il tente d'atténuer.
Des enfants palestiniens jouent au football devant la porte d'un centre de distribution alimentaire des Nations Unies dans la ville de Gaza, février 2009
Des enfants palestiniens jouent au football devant la porte d'un centre de distribution alimentaire des Nations Unies dans la ville de Gaza, février 2009ADEL HANA/AP2009

Plusieurs années plus tard, al-Shabaab a continué à extorquer de l'aide par le biais de barrages routiers et de soi-disant "taxes".

En 2018, un audit partiel de l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) a révélé que quelque 649 millions d'euros de programmes financés par le contribuable américain en Irak et en Syrie avaient été contrôlés de manière inappropriée.

La même année, plusieurs dizaines de personnes et d'organisations ayant reçu des fonds de l'USAID dans la région ont été inscrites sur une liste noire et plus de 185,5 millions d'euros de fonds ont été gelés.

PUBLICITÉ

Le groupe rebelle houthi au Yémen étouffe presque toute circulation de l'aide internationale dans les zones qu'il contrôle. Il a créé une agence "humanitaire", le "Conseil suprême pour la gestion et la coordination des affaires humanitaires et de la coopération internationale" (SCMCHA), dans le but de réorienter l'aide à ses propres fins militantes. Les résultats ont été catastrophiques pour le peuple yéménite.

Des décisions qui ont mal vieilli

La régulation de l'aide ne se limite pas à l'atténuation des problèmes de sécurité. Sur le terrain, toute somme cédée à un groupe militant a peu de chances d'atteindre ses objectifs déclarés et, comme dans le cas de l'UNRWA, exacerbe en fait le conflit qu'elle tente d'atténuer.

Il y a tout juste deux ans, l'administration Biden a recommencé à financer l'UNRWA sur la base des engagements pris par l'organisation en matière de "transparence, de responsabilité et de neutralité".

Des Palestiniens protestent contre la suspension des fonds versés par plusieurs pays donateurs à l'UNRWA devant les bureaux de l'agence dans la ville de Beitunia (Cisjordanie)
Des Palestiniens protestent contre la suspension des fonds versés par plusieurs pays donateurs à l'UNRWA devant les bureaux de l'agence dans la ville de Beitunia (Cisjordanie)AP Photo/Nasser Nasser

Plusieurs gouvernements européens, dont l'Allemagne, ont même augmenté le financement de l'UNRWA à la suite des attentats d'octobre.

Ces décisions n'ont évidemment pas bien vieilli. Mais elles sont le résultat d'un flux constant d'arguments de la part des travailleurs humanitaires et des groupes d'aide qui affirment que les réglementations et les sanctions, même avec des exemptions humanitaires, ne font rien d'autre que d'entraver leur travail.

PUBLICITÉ

Cette attitude est dangereusement méprisante, comme l'a écrit l'ancien avocat général de l'UNRWA, James Lindsay, dans un rapport de 2009 : "l'UNRWA a pris très peu de mesures pour détecter et éliminer les terroristes de [ses] rangs [...] et aucune mesure pour empêcher les membres d'organisations terroristes, telles que le Hamas, de s'y joindre".

Nous ne pouvons pas continuer à céder à la tentation de la morale

Les groupes terroristes brutaux et les régimes extrémistes considéreront toujours les fonds humanitaires comme des quasi-caisses d'épargne leur permettant de renforcer leur propre pouvoir.

Une surveillance efficace, la transparence du budget, des exigences complètes en matière de rapports, ainsi que des contrôles internes et externes sont des éléments indispensables pour garantir que tout problème naissant soit détecté rapidement, que le détournement de l'aide soit atténué et que des garde-fous soient mis en place pour empêcher les travailleurs humanitaires internationaux d'être impliqués dans des groupes terroristes ou des attaques.

Malgré les critiques du Haut représentant de l'UE pour les Affaires étrangères, Josep Borrell, plusieurs pays européens, en plus des États-Unis, ont suspendu leurs paiements à l'UNRWA. C'est un pas dans la bonne direction.

Le consensus mondial sur le caractère essentiel du travail humanitaire cède trop facilement la place à la morale, souvent avec des conséquences dévastatrices.

PUBLICITÉ

Il est temps de retrouver ce terrain, qui a trop longtemps servi de couverture aux pires actes de terrorisme.

L'ambassadeur Mark Wallace est directeur général et le Dr Hans-Jakob Schindler est directeur principal du Counter Extremism Project.

Chez Euronews, nous pensons que tous les points de vue sont importants. Contactez-nous à l'adresse view@euronews.com pour envoyer des propositions ou des soumissions et prendre part à la conversation.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre Israël-Hamas : Washington dénonce le pilonnage de Rafah et juge la riposte "excessive"

Les frappe israéliennes s'intensifient à Rafah, refuge de centaines de milliers de Gazaouis

Rafah, le prochain objectif militaire de Benjamin Netanyahu