Guerre Russie-Ukraine : la Chine tente de relancer les négociations entre Moscou et Kyiv

L’envoyé spécial de la Chine pour pour l'Ukraine.
L’envoyé spécial de la Chine pour pour l'Ukraine. Tous droits réservés Ng Han Guan/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Ng Han Guan/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Chine tente une nouvelle fois d'ouvrir des négociations entre la Russie et l'Ukraine. Le ministère allemand de la Défense affirme que les récentes fuites ont été orchestrées par le Kremlin.

PUBLICITÉ

La Chine tente une nouvelle fois d'ouvrir des négociations entre la Russie et l'Ukraine. L'envoyé spécial chinois, Li Hui, pour les affaires eurasiennes est arrivé à Moscou où il a rencontré le vice-ministre des Affaires étrangères. Celui-ci a d'ores et déjà précisé que les exigences de Kyiv et de ses alliés "ne font que nuire aux perspectives d'une solution" à ce conflit.

Le Kremlin a également dénoncé lundi "l’implication directe" de l’Occident en Ukraine, à la suite de la diffusion sur les réseaux sociaux russes d’échanges entre officiers allemands sur des livraisons d’armes à l’Ukraine. Ces échanges montrent "une fois de plus l’implication directe de l’Occident collectif dans le conflit en l’Ukraine", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

"Vous savez que nous avons également entrepris une certaine démarche et que l’ambassadeur de la RFA a été convoqué [au ministère russe des affaires étrangères]. Ladite [conversation militaire] elle-même montre que, dans les coulisses de la Bundeswehr, des plans de frappes visant le territoire russe sont discutés de manière significative et concrète. Nul besoin d’interprétation juridique, ici tout est plus qu’évident", a-t-il poursuivi, selon l’agence de presse Tass.

En Allemagne, le ministère allemand de la Défense confirme que la récente fuite des discussions entre officiers a certainement été "coordonnée et orchestrée" par le Kremlin. Berlin précise également que cette affaire ne change pas sa position sur l'aide à apporter à Kyiv, et refuse l'envoi de missiles de croisière Taurus. Au cours des discussions, publiées par les médias russes, les officiers allemands n'ont pas discuté de "plans", mais de "scénarios" théoriques sur la manière dont de tels missiles pourraient être utilisés par l'Ukraine.

"À quelques exceptions près, il semble que cet appel téléphonique ait peu de contenu nouveau, du moins jusqu'à présent. Et cela nous amène à réaliser que le seul but de cet enregistrement est de déstabiliser et de déstabiliser. Et c'est le cas. à nous de décider si nous sautons par-dessus le bâton que Poutine nous tend ou si nous continuons sur notre voie prudente, travaillons de manière cohérente, restons déterminés et travaillons à l'adoption des mesures nécessaires" a déclaré Boris Pistorius, ministre allemand de la Défense.

En Ukraine, dans la ville d'Odessa, le bilan de la dernière frappe aérienne russe s'élève à 12 personnes, dont cinq enfants, âgés de 4 mois à 9 ans. Dimanche soir, les équipes de sauvetage ont terminé leurs recherches dans un immeuble touché par un drone russe. 18 appartements se sont effondrés.

Les services de renseignement militaires ukrainiens ont annoncé être parvenus à accéder aux serveurs informatiques du ministère de la défense russe.

"Les services spéciaux ukrainiens possèdent désormais un logiciel de protection et de cryptage des informations utilisé par le [ministère de la défense de la Fédération de Russie] ainsi qu’un ensemble de documents officiels secrets du ministère. Les informations obtenues nous permettent d’établir la structure complète de l’organigramme du ministère de la défense russe et de ses unités", écrivent-ils sur Telegram.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : le bilan des frappes russes de samedi sur Odessa monte à onze morts

Ukraine : l’Allemagne embarrassée par la fuite d’une conversation secrète entre des officiers

Ukraine : accord de sécurité avec les Pays-Bas, frappes russes sur plusieurs régions